Quand Nano sort de sa poche et fait de Miss Kangourou une Maman Kangourou :-)

Je suis désolée d’avoir un peu décroché de la blogo ces deux dernières semaines, j’étais en mode jeune maman débordée, pleine de doutes et de babyblues, mais je commence à gérer un peu plus mon poussin et vais être davantage présente. J’ai toujours continué de vous suivre mais n’ai pas eu le temps de commenter beaucoup, je vous envoie de gros bisous et plein de pensées à celles et ceux qui traversent des moments difficiles, et ceux qui attendent des résultats si importants. Mes doigts sont tout croisés…

J’ai toujours aimé lire les récits de naissance des petits bouts de pmette, et ça fait tout drôle de vous raconter l’arrivée de notre petit à mon tour. Mais c’est la tradition, alors je me lance… Je vous préviens, ça dure un moment !

Lundi 17, deux jours avant d’accoucher, j’ai eu un gros coup de blues, genre pleurer sans savoir pourquoi toute la journée, genre J1 quoi. J’avais fait de nouveaux cauchemars de folie tout le week end et me sentais épuisée psychologiquement, tout en ayant parfaitement conscience que pleurer en journée à cause de cauchemars de femme enceinte, c’était un peu bidon 🙂 Ma mère m’avait décrit ce genre de blues comme précédant ses accouchements, donc j’ai commencé à espérer que le bébé allait pointer le bout de son nez..

Le lendemain, j’ai ressenti des douleurs électriques dans les cuisses, et des douleurs de bassin, et je me suis doutée que Nano commençait à faire son chemin.. Nous sommes allé se faire un dernier resto (pour la 5e fois du mois), enfin un Fl*nch parce que le budget « dernier resto » était grillé depuis la 2e fausse alerte…

Mercredi matin, j’ai commencé à avoir mal au ventre, genre comme des règles, d’ailleurs en me réveillant j’ai cru que c’était ça, le temps que je me rappelle qu’étant enceinte de presque 9 mois, il était peu probable que les reds aient débarqué… Comme quoi je n’aurai jamais totalement intégré ce statut de PB !

Rapidement les douleurs sont devenues des petites contractions régulières, et j’ai compris que cette fois ci, ce ne serait probablement pas une fausse alerte. J’étais toute heureuse de sentir le travail se mettre en route tout doucement, naturellement, et c’était tout à fait gérable. J’ai donc envoyé Choubidou travailler, en le prévenant qu’il ne finirait probablement pas sa journée de boulot. Il était tout stressé et je préférais être au calme pour le prétravail, pour un premier accouchement ça prend du temps avant que tout se mette vraiment en place et que les choses sérieuses débutent, et je ne voulais pas faire d’alle- retour à la mater ni squatter toute la journée dans une salle de torture (salle de prétravail). Du coup, je suis restée chez moi, ai commencé à regarder l’intervalle entre les contractions, ai rangé tout mon appart et préparé les derniers éléments pour la valise. J’ai ensuite réalisé que j’avais acheté la veille des kilos de légumes frais qui allaient être perdus, et ai donc mis un point d’honneur à tout éplucher et congeler pour se faire des petits plats facilement au retour de la mater. On fait des fixettes sur des bêtises dans ces moments là… J’ai aussi écouté ma playlist de rock tranquillou, regardé le replay de Babyboum en pleurant encore plus que d’habitude, pris un bain tout chaud… Cette journée de prétravail à la maison, je m’en rappellerai toujours, j’étais sereine, heureuse, dans ma bulle,  je me sentais prête… Je comprends les femmes qui choisissent d’accoucher chez elles, c’est tellement doux et naturel finalement. Et pourtant c’est une pro de l’hypermédicalisation des accouchements qui parle…

Vers midi je contractais toutes les trois minutes, j’ai rappelé mon mari à 15h quand c’est devenu vraiment très douloureux. Quand Choubidou est rentré, il m’a trouvée épuisée, en train de souffler tout ce que je pouvais à côté d’un aspirateur que je n’avais pas réussi à passer et d’un potiron réfractaire à l’épluche légume, ça l’a fait rire.

A l’arrivée à la mater, je suis tout de suite prise en charge par une adorable sage femme que je ne connaissais pas, et qui m’annonce une magnifique dilatation à … 1cm. Col effacé alors qu’il était long et fermé, donc pas si mal, mais après 10h de travail à la maison, les boules.. Ce d’autant plus que je commençais à avoir vraiment du mal à gérer ces f*cking contractions. Après un joli monito prouvant que oui, je contractais bien toutes les 2-3 min, on est invités à faire un petit tour, des exercices sur le ballon. On s’est donc retrouvé dehors, dans le noir, sous la pluie, à marcher, car je ne supportais que la position debout ou assise, avec Choubidou qui me sortait des petites blagounettes. Ne jamais faire rire une madame en pleine contraction, ça décuple la douleur, argh.

Après deux heures de ballon et des contractions de plus en plus violentes, on m’annonce que je suis à 2cm, plus qu’un petit effort et j’aurai droit à la péri. Pour en avoir posé des centaines, j’étais à deux doigts de me planter le cathéter dans le dos moi-même ! Ensuite, tout s’est accéléré. La sage femme m’a rallongée pour le monito, les douleurs sont devenues atroces, j’ai rompu la poche des eaux, et ensuite, ai eu une espèce d’énooooooooorme contraction pendant 30 minutes sans répit entre deux pics. J’ai fini par appeler au bord des larmes la sage femme, je ne gérais plus rien, elle m’a passée en salle de naissance, enfin ! Je te passe le moment ultra glorieux du lavement rectal sur des toilettes trop basses sans appui avec les f*cking contractions de la mort. Choubidou m’a beaucoup aidée pendant ces moments là, il a été impressionné et se sentait très impuissant, mais je ne sais pas comment j’aurais passé ce cap sans lui. Seul hic, avec le stress, il avait une haleine atroce, et je le suppliais de ne pas parler quand je contractais et respirais tout ce que je pouvais, car ça me donnait la nausée ! Grand moment de couple, très romantique.

C’est ensuite une autre sage femme qui m’a prise en charge, une que je connaissais, toute jeune et très impressionnée de s’occuper de moi (pourtant je ressemblais franchement plus à rien à ce moment là), qui m’a ratée ma pose de cathéter (mais j’avais tellement mal que ça faisait limite du bien de se faire triturer le bras, ça passait la douleur). Ce sont donc mes collègues anesthésistes qui se sont occupés de ma perf, et de la péri dans la foulée. Ca fait un peu plus mal que ce que je pensais, mais je m’en fichais pas mal. Je n’étais pas le genre d’anesth à faire poireauter une dame pour une péri, maintenant je serai encore plus rapide !

Après la péri, la sage femme m’a réexaminée, et j’étais à 8cm. J’ai compris pourquoi j’avais autant souffert, le travail avançait très vite. J’ai ensuite senti rapidement la tête de mon petit dans le bassin, des sensations à l’arrière, je visualisais toute la descente de mon bébé et ressentais tout, la douleur  horrible en moins (enfin c’était pas méga agréable, cette sensation de boule de pétanque mal placée, mais tout à fait supportable). J’ai adoré ce moment où je me suis à nouveau sentie « maître » de mon accouchement. On était tout proches avec Choubidou, on savait qu’on passait notre dernière heure tous les deux, dans la pénombre de cette petite salle toute calme, c’était magique… Puis j’ai senti que Nano était tout près, et j’ai appelé pour pousser. On s’est installés, la sage femme m’a encouragée une fois, puis tout le monde s’est tu car je poussais toute seule, et que tout se passait bien. C’était très calme, je n’avais jamais vu un accouchement comme ça, l’auxiliaire de puériculture souriait, je tenais la main de mon amoureux et faisais sortir mon bébé. Après 4 minutes de poussée, Choubidou s’est penché et a vu la tête de Nano sortir, et quelques secondes plus tard j’avais mon bébé sur moi. Il avait une petite tête toute ronde, et semblait tout surpris d’être déjà là. Je ne me rappelle pas bien ce moment précis de sa naissance, c’est un peu frustrant mais j’ai un souvenir très flou, trop d’émotion j’imagine… Je me souviens de l’avoir trouvé magnifique (ouf !), je n’ai pas pensé à vérifier le sexe, c’est la sage femme qui nous a rappelé de regarder, on était si émus… Je me suis tout de suite sentie maman de mon petit bout, comme si je le connaissais depuis toujours, je n’ai pas eu l’impression de le découvrir, juste de reconnaître le petit kangourou qui avait passé des mois dans mon ventre.

Nano a eu du mal à respirer et geignait un peu après être sorti, il a donc fallu lui faire quelques soins. J’ai beaucoup aimé le fait que la majorité de ces soins (aspirations) soient fait en me laissant mon petit en peau à peau. Heureusement, il a vite été mieux, et a pu monter avec moi deux heures plus tard dans notre chambre, où il a accepté de prendre vigoureusement le sein.

Cette nuit là, il est resté en peau à peau contre moi pendant des heures, un vrai bébé kangourou…

Voilà pour la naissance de mon Nano. Un prétravail dans ma bulle, deux heures difficiles, un accouchement de rêve, un moment calme, quasi solennel, qui restera un souvenir magique. Nous avons un adorable bébé, très doux, qui adore être papouillé et câliné, qui a bien grossi depuis sa naissance et qui nous fait fondre de jour en jour. Il suffit de le regarder pour que tous les doutes, l’attente et la souffrance de la PMA n’aient plus aucune importance, puisqu’enfin, notre petit kangourou est là. Je vous souhaite de tout mon cœur de connaître ce grand bonheur, et que le bébé que vous portez dans votre cœur depuis si longtemps soit également très vite blotti contre vous.

Publicités

Liebster Award

Ce matin, je découvre la nouvelle folie de la blogo, et ça m’a pris une bonne partie de la journée de lire tous les articles et découvrir vos petits côtés cachés si touchants !

Débarquant avec 24h de retard, je me suis bien fait tagguer la tronche, avec plein de questionnaires différents hé hé !

Merci la Zappette,Tittounett, P’tit Hérisson, Titpouce, Julys, Mlle K, Alice! Du coup j’ai pas tout répondu, sinon ça faisait près de 40 questions, et même mes plus fidèles fans 😉 seraient gonflés au bout de 10 pages égocentriques.

 

Mes anecdotes

  • Comme de nombreuses copinautes, je suis fan de fromage et de vin, même si je ne connais rien en œnologie. Une soirée vin/fromage/pain aux céréales … Le truc qui m’a le plus manqué pendant mes quelques mois d’expatriation !
  • J’ai épousé mon amoureux du lycée, mon premier « vrai » chéri. Avant lui, j’étais sortie avec un looser, qui faisait des bisous dignes d’une serpillière sale, et qui m’a quitté le soir du nouvel an de l’an 2000. Réveillon que j’ai donc passé dans un vieux fauteuil lovée contre mon meilleur pote de l’époque, Choubidou, à regarder les feux d’artifices des différents pays qui passaient le cap de l’an 2000 toutes les heures… quelques semaines plus tard, on échangeait notre premier bisou, un moment magique, qui n’avait rien à voir avec le souvenir visqueux que j’avais de cet acte étrange…
  • Je suis une fichue idéaliste rêveuse toubib et végétarienne qui pleure devant le JT quand c’est trop moche, qui signe des pétitions qui servent à rien, et qui aimerait sauver le monde telle une vraie candidate Miss France (mais pas en taille 34-36, plutôt 40-42), caricaturale …
  • Je suis donc ultra sensible, une braillou comme on dit chez moi, et les hormones n’ont rien arrangé, un très bon public pour tous les trucs TV : Je chouine systématiquement devant les trucs pseudo émouvants (4 mariages et une lune de miel pour te donner une idée), j’ai très peur devant les séries à « suspense » (Je ne peux pas regarder un épisode d’Esprit Criminel seule) et je suis incapable de voir un film d’horreur depuis mon adolescence sans en rêver pendant 2 nuits au moins ! J’ai toujours peur quand je referme une armoire miroir de voir apparaître un fantôme ou autre indésirable derrière moi comme dans les films 🙂
  • J’adore voyager avec Choubidou, surtout quand ça nous permet de voir des animaux dans leur milieu naturel. Nous avons eu la chance de bien en profiter ces dernières années et de passer entre autres quelques jours mémorables dans la forêt amazonienne en Bolivie, juste un guide et nous, ça restera l’un des trucs les plus incroyables que l’on ait ressenti en voyage… Et les centaines de piqûres de moustiques associées avec !
  • J’ai été fan de la série Dawson, genre j’ai tous les dvd et je les ai vus des dizaines de fois, j’envisage très sérieusement de recommencer pendant mon congé mater. J’avoue…
  • Je crois à l’astrologie (un petit peu), et espère très fort accoucher après le 23 novembre pour que mon bébé soit Sagittaire plutôt que Scorpion, tout en mesurant parfaitement le degré de ridicule de ce détail !
  • Je ne supporte pas les parfums. J’ai toujours détesté ça, au point d’éviter de faire la bise à des personnes parfumées, surtout les garçons qui en mettent sur les joues ! Je suis très difficile pour les produits de cosmétique par conséquent, ce qui rend dingue ma mère et ma BM. Choubidou n’en a jamais porté, malgré les cadeaux de son entourage (qui a fini par piger que c’était une dépense inutile du coup), et j’ai très peur que Nano veuille en porter… Névrosée moi ?
  • J’ai la phobie des requins, surtout les requins blancs depuis que j’ai vu les dents de la mer à l’âge de 6 ans. Je ne peux pas supporter la vue d’une de ces grosses bêtes, même en photo, ce qui est en fait assez fréquent (si si !) vu la fascination des gens pour ces horribles trucs. Ce qui ne m’a pas empêché de me mettre à la plongée, mais que dans des endroits relativement soft et shark-free.
  • J’ai très peur que mon bébé soit moche, genre vraiment moche, rougeaud avec des yeux globuleux, un nez pointu et un filet de bave.
  • Je ne suis pas une vraie fille. J’ai marché trois fois avec des talons, pendant 1h30 maxi, un fiasco, je ne sais pas me maquiller, galère avec le vernis et n’ai jamais mis de fond de teint, je préfère les jeans-converse aux robes, et je déteste le rose ! J’ai parfois peur que Nano soit une fille juste parce que je ne veux pas l’habiller en rose …

Les questions des copinautes

  • Que serait ton pouvoir magique ? Avoir une mémoire photographique, très utile pour la médecin distraite que je suis !
  • Quel métier voulais-tu faire étant petit(e) ? Pianiste dans un orchestre classique
  • Quel métier voudrais-tu faire à présent ? Le mien, il est pas facile tous les jours mais je l’aime !
  • Quel est ton sigle préféré en PMA ? PB, comme Zappette, surtout quand c’est Choubidou qui le dit !
  • Quel est ton pire souvenir de PMA ? Premier soir de IAC1, craquage et crise de larmes qui a duré des heures, une vraie fontaine, j’ai cru que j’allais m’assécher tellement j’ai pleuré.
  • Quel est ton meilleur souvenir de PMA ? La première fois que j’ai vu Nano et son petit cœur, écho clandestine avec appareil emprunté pendant une garde, émotion à l’état pur.
  • Plutôt champagne ou mojito ? Comme Julys, Royal Mojito !!
  • Quel est ton prochain projet à court terme (hors PMA) ? Préparer ma valise pour la mater. A 36SA, il serait temps, mais je bloque sur cette étape.
  • Quelle est l’activité/sport/loisir où tu excelles ? Cuisine indienne et végé, j’adore épater mes potes carnivores avec des petits plats !
  • Combien de temps par semaine passes-tu sur ton blogue ? Ben aujourd’hui, toute la journée, mais y avait plein de trucs à lire !
  • Si tu pouvais vivre n’importe où, où cela serait-il? Là où je vis, dans une région pas très jolie ni très ensoleillée, mais près de tous mes amis et proches, et entre trois capitales que j’adore !
  • Quelle est l’odeur que tu préfères? L’herbe coupée. C’est pas original mais c’est trop ça.
  • Pourquoi ce pseudo? Parce que j’avais pitié des kangourous infertiles aux poches désespérément vides
  • Comment as-tu rencontré ton chéri chéri? Dans la même classe tout le collège et lycée, je l’ai pas cherché bien loin !
  • Si on te disait que tu ne peux faire qu’un voyage dans ta vie mais où tu veux, tu irais où et pourquoi? J’irais en Birmanie, parce que c’est un pays magnifique, authentique, avec une population merveilleuse, et qui a besoin de tourisme responsable. Bref, je rêve d’y aller ! Sinon Namibie …
  • Si tu devais être un animal, tu serais quoi et pourquoi? Un chat, parce que je suis toujours en train de réclamer des câlins, que j’aime me mettre en boule sur un plaid, et que je suis un peu sauvage.
  • Quelle langue aimerais tu parler et pourquoi ? Toutes ! Je ne parle qu’anglais, et encore, et un peu espagnol, car mauvaise mémoire, ce qui est très frustrant après avoir étudié l’allemand pendant 7 longues années pour rien !

Pour les copinautes, je pense que tout le monde a déjà été taggué, mais au cas où, voici ma petite sélection de copinautes que je n’ai pas encore vues:

http://moietdamenature.over-blog.com/?wref=bif

http://tribulationsenpma.wordpress.com/

http://unenfantpeutetre.wordpress.com/

http://flhope.wordpress.com/

[Grossesse] News du 5e mois et tites pensées en vrac

Tites nouvelles de Nano : (partie niaise et dindesque)

5e mois quasi fini, Miss Kangourou se porte bien et le petit bout également. Elle vit une jolie grossesse sans complications particulières, a la chance immense d’avoir un Nano en bonne santé qui fait des pirouettes dans son bide à longueur de journée, et qui n’aime pas du tout qu’elle arrête de bouger.

Par exemple, dans un bus, à chaque arrêt, il fait toc toc en mode « non, on s’arrête pas ! ». Ou quand elle écrit un article 🙂  Ces moments sont juste magiques et elle est consciente de la chance qu’elle a de les vivre, remercie sa petite étoile chaque jour de veiller sur elle et le bébé.

L’écho T2 a bien eu lieu lundi dernier, évidemment elle était bien stressée de toutes les catastrophes que celle-ci allait pouvait amener, mais heureusement c’est un petit bébé en plein forme et tout bien comme il faut de 522g qui gigote là dedans. Ni elle ni Choubidou n’ont craqué, le sexe de ce petit restera son secret (ainsi que celui du gynéco taciturne) jusqu’à son arrivée au monde… Probablement qu’ils se projettent moins du coup, mais c’est tellement agréable de l’imaginer juste comme un petit bébé qui grandit, tantôt garçon tantôt fille. Le sentiment de porter un petit gars est cependant très fort depuis le début, Miss Kangourou a toujours su d’instinct le sexe du bébé de ses amies (100% de réussite sur plus de 10 grossesses), reste à savoir si ce superpouvoir marche pour elle également … En tous cas, le sujet de ne pas savoir passionne les foules et rend dingue les copines. Mais après tant de médicalisation, un peu de retour au naturel fait le plus grand bien à Miss Kangourou et son Choubidou.

En tous cas, c’est si rassurant de savoir que tout va bien, d’autant plus que l’écho a été réalisée le lendemain du retour du Québec.

Côté désagréments, RAS, juste une superbe mycose secondaire au super rhume/sinusite/bronchite/antibiotiques du mois précédent, qui résiste à toutes les ovules et autres pilules vaginales introduites et dégoulinantes (miam, sensation d’utro dégueu le retour), et vie sexuelle quasi inexistante malgré une libido au taquet. Bref, la catastrophe n’est-ce pas ? 😉 Voilà pour les graves désagréments…

C’est quand même plus pratique les mycoses quand on n’est PAS en essai bébé, pour avoir vécu l’autre situation, c’est sans doute parmi les souvenirs les plus romantiques de MissKangourou 😉

 

Stop à l’aigritude

La semaine dernière, Miss Kangourou a appris une grossesse C1 d’une amie proche, DocBosseuse. C’est la première annonce hors blogo depuis le début de sa grossesse, ce qui est fou par rapport au nombre d’annonces subies comptabilisées en 2013 (si on oublie qu’elle a appris il y a 15 jours que deux cousines de Choubidou allaient accoucher incessamment sous peu, grossesses « oubliées » par la belle mère, qui n’a pas eu le cœur de lui annoncer cela en pleine déprime PMesque de début d’année… même pas fâchée la Miss)

Bref, elle a ressenti une vraie joie et plein d’excitation à l’annonce de cette grossesse. Pour la première fois depuis des années. Cette amie DocBosseuse, c’est une vraie copine, qui l’a soutenue du début à la fin des essais puis de la PMA, discrètement, en prenant délicatement de ses nouvelles à chaque fois que c’était possible, et en attendant de son côté de pouvoir se lancer. L’attente du bébé, elle l’a vécue différemment, car était « interdite » de grossesse de part son poste au CHRU pendant près de 2 ans (eh oui, les choses n’ont pas changées tant que ça). Miss Kangourou avait très peur qu’elle ne se lance pas, à vouloir toujours arranger tout le monde et bien faire, car son service étant de plus en plus en sous effectif, ce n’était toujours pas le bon moment. Mais elle et son chéri ont finalement mis en route les essais, et 15 jours après, c’était ok…DocBosseuse a toujours su qu’elle serait hyperfertile, ayant des cycles parfaits, des ovulations ressenties chaque mois, et Miss Kangourou lui souhaitait d’avoir raison… et que son chéri soit également bien fertile.

C’est fou de la voir se poser des questions de « débutante » un peu perdue, questions qui datent de 2012 pour Miss Kangourou (genre prénoms, date de la première écho), 9 mois pour faire un bébé ça semble très court… En tous cas, Miss Kangourou est sincèrement heureuse que cette amie formidable soit une future maman, et a l’impression de guérir un peu de sa bitchitude et surtout de son aigritude, et ça fait du bien… Probablement que la douceur, l’absence de niaiserie et l’écoute attentive dont DocBosseuse a toujours fait part a aidé …

Le seul truc qui la perturbe, c’est de reconstater encore une fois la différence fondamentale entre une grossesse de fertile et une grossesse de PMette. DocBosseuse a juste fait pipi sur un bâtonnet, et a ensuite pris rdv pour son écho T1 des 12SA. Et c’est tout… et a annoncé sa grossesse à ses proches avec joie. Dingue non ? A 8SA, elle a quand même regardé en écho toute seule si on voyait quelque chose, a vu un sac avec un truc blanc sans clignotement dedans, et en a déduit que c’était trop tôt pour voir le cœur de l’embryon, aucun souci c’est normal. Là où toute PMette aurait paniqué, elle vit sa grossesse tranquillou, se projette énormément, n’envisage pas la fausse couche. Miss Kangourou aurait aimé retrouver cette attitude zen et ce bonheur naïf qu’elle avait vaguement connu quelques jours à sa première grossesse, mais pour elle le premier trimestre aura été une période sombre et angoissante pleine de cauchemars. Malgré l’absence de signes inquiétants et de difficultés telles que rencontrent ses chères copinautes… Du coup, Miss Kangourou espère de tout cœur que sa pote ne fera pas de fausse couche et gardera cette douce naïveté… et est heureuse pour elle .. et est heureuse de l’être!

 

Culpabilisation

Un truc que Miss Kangourou a noté de plus en plus sur les blogs, c’est la culpabilisation dont est victime toute maman en devenir, et particulièrement les pmettes. Quand on se lance pour faire un bébé, on se culpabilise sur les conséquences de notre grossesse sur notre boulot, quitte à retarder le projet pendant un bon moment (et à laisser son AMH se casser la tronche sournoisement), il faut que toutes les conditions soient réunies à la française, c’est-à-dire le mariage, la maison, la 2e chambre, le boulot stable, le chéri sur place (la Scenic et le chien). Sinon, il y aura forcément une personne pour faire culpabiliser la damoiselle qui ose se lancer dans une aventure si périlleuse que de faire un bébé en dehors des conditions requises.

Si on fait une fausse couche, il y a toujours une personne bien pensante qui va désigner le stress, le mode de vie, les nuits blanches ou l’alimentation comme cause évidente de la perte de la petite vie tendrement portée. En tant que végétarienne toubib avec gardes de nuit, Miss Kangourou sait de quoi elle parle. Et encore, elle a arrêté de fumer il y a un an et demi…

Évidemment, même remarque pour la PMA, les remarques culpabilisant les PMettes pleuvent sur tous les blogs, nous rendons la terre stérile et aride n’est-ce pas. Le pire étant les couples avec infertilité inexpliquée, donc dans la tête, c’est évident. Les gens ne réalisent pas que même si nous balayons tous ces arguments d’un revers de la main, le doute s’installe et la culpabilité est là.

Pourtant des PMettes au rythme et mode de vie irréprochable, et au ventre désespérément vide, il y en a tant…

Enfin, si par miracle la grossesse est là, tout le monde sait mieux que la future maman ce qu’elle doit faire. Sauf que toutes ces personnes ont des discours contradictoires mais passons… Il parait qu’une fois le petit arrivé, ça ne s’arrange pas et que la terre entière a un avis sur l’éducation que l’on choisit de donner à cet enfant. Une amie pmette me racontait qu’en achetant des légumes bio à un agriculteur du coin pour faire des purées à son petit (c’est une maman écolo-bobo), le mec derrière elle lui a reproché de ne pas prendre le navet au prétexte que le petit n’aimait pas cela (elle prenait des courgettes, carottes, et 3 autres légumes). « Vous allez en faire un difficile qui mangera que des frites cet enfant si vous commencez à écouter ses goûts », je cite. WTF ? et ce n’est qu’un des multiples exemples.

Étant partie en voyage dans un endroit dangereux et lointain avec des gens aux expressions et accent étranges (special for you Mme G et Petit Hérisson), avec un moyen de transport encore plus dangereux (c’est bien connu, les crashs concernent 50% des vols), Miss Kangourou s’en est pris plein la tronche en mode « quoi ! Tu oses partir au Québec ! Si loin ! Et en avion en plus ? Dans ton « état »? Tu n’as pas peur ? » et le fameux « tu feras attention hein? » (phrase qu’elle n’a jamais trop compris, ça veut dire quoi faire attention?

Comme la Zapette, elle a gentiment envoyé bouler la sage femme, la belle mère, et tous les culpabilisateurs qui auraient voulu la mettre dans une bulle « parce que c’est le mieux pour le bébé » . A pu refaire du sport, réaliser son rêve en s’approchant des fascinantes baleines, découvrir un pays magnifique et se faire une orgie de sirop d’érable… surtout retrouver son amoureux dans ce petit moment rien qu’à eux, et prendre leurs premières vraies vacances depuis 16 mois, et ça a fait du bien ! Évidemment, quand Nano ce coquin a décidé de ne plus bouger pendant 12h, elle a failli mourir de stress, et le flot de paroles culpabilisantes a resurgi à gogo dans sa tête… Mais finalement, elle a bien fait d’écouter un peu son corps, d’y aller mollo mais de suivre quand même son instinct. Elle sait trop bien qu’à tout moment elle peut se retrouver hospitalisée ou alitée pour une raison sérieuse, alors autant bouger un peu ce body tout fatifié avant qu’elle ne puisse plus !

Bref, ce pavé pour dire qu’il y en a marre des culpabilisateurs qui se sentent invités dans tous les moments de la vie d’une maman, dès le moment où elle envisage de faire un bébé jusqu’à après sa naissance, écoutez vous et n’écoutez surtout pas les bien pensants aux avis mardiques, vous êtes les seules à savoir ce qui est bien pour vous. Nah !

Pour dire jusqu’où ça peut aller, Miss Kangourou a évoqué l’autre jour la possibilité d’aller se faire stimuler et congeler les ovocytes en Belgique après la naissance de Nano, en vue d’une prochaine grossesse, car avec l’IOP c’est pas gagné qu’elle ait la même chance dans 3 ans, et avec le boulot, enchaîner trop vite les grossesses serait très malvenu… Choubidou a refusé net l’idée, et lui a fait réaliser que de subir une AG et un traitement lourd et coûteux juste pour arranger les autres, ce n’était pas une idée brillante… Il n’a peut être pas tort…

Voilà, pour les petites news de pregnant bitch, tout va vraiment bien, la routourne a bien tourné ici, et Miss Kangourou vous envoie plein de pensées et de gros bisous, et tout particulièrement à Zelda, Bounty et Lisette pour qui elle fait des tresses de tresses chaque jour… et des gros câlins virtuels de réconfort à Choubakette et Compoteen…

Bonnes vacances les filles ❤

 

[grossesse] La Petite Mater Moche

Dans le coin de Miss Kangourou, il y a quelques maternités. La Grande Mater du grand CHU, la clinique de la Tunasse, et la Petite Mater Moche (PMM).

Quand Miss Kangourou était une jeune étudiante en médecine, elle voulait devenir obstétricienne, faire naître les bébés et s’occuper des futures mamans, et a donc fait un stage en obstétrique comme tous les externes. Elle avait choisi la PMM comme terrain de stage, car très réputée pour les externes. La première fois qu’elle est arrivée sur place, elle a découvert une maternité complètement vieillotte, des bâtiments fatigués et grisâtres, et une population de patientes extrêmement pauvres, issues de l’immigration ou sans papiers pour la plupart.

A 21 ans, sortant de son petit village de campagne tout propre, Miss Kangourou s’est prise une jolie claque en découvrant la PMM. Et pourtant, elle a rapidement adoré cet endroit si moche mais si familial, les gens qui y travaillent, si soucieux du bien être de leurs patientes, et des bébés, et l’absence de discrimination qui y règne. La 13ème pare de 30 ans immigrée qui partage sa chambre avec la primipare du même âge cadre sup, c’est par là que ça se passe. Et que ça se passe bien. Pendant cet été là, Miss Kangourou a épousé Mr Choubidou, et a vécu sur un nuage de bonheur amoureux et professionnel. Elle a quitté la PMM en pleurant, et s’est promis d’y revenir un jour.

7 ans plus tard, c’est enceinte mais inquiète qu’elle a franchi à nouveau la porte de la PMM, qui n’a pas changé d’un poil. Et c’est là qu’elle a commencé à faire sa fausse couche, puis qu’elle a perdu sa petite étoile. La PMM a perdu de sa couleur, et le bonheur associé à ces lieux s’est terni.

Ensuite, c’est également là qu’elle est revenue en tant qu’anesthésiste cette fois, et que parallèlement aux traitements et examens d’infertilité, elle a posé les péridurales, réanimé les hémorragies de la délivrance et endormi les patientes pour les césariennes en urgences…

Progressivement, la PMM est devenue grise puis noire. Miss Kangourou a commencé à ne plus supporter la vue des femmes enceintes, leurs plaintes, et a même perdu de son empathie. Quant aux 13èmes pares fumeuses et alcooliques, clairement, Miss Kangourou ne pouvait plus les supporter. Elle a joué son rôle d’actrice au mieux pendant quelques mois, afin que son boulot ne pâtisse pas de ses humeurs, a tenté d’arrêter de se comparer à ses patientes, a pleuré maintes et maintes fois en sortant de la mater. Elle est devenue allergique à cet endroit qui lui avait tant plu. Elle a finalement décidé d’arrêter d’y travailler, après avoir pondu cet article un samedi de garde, au fond du trou après IAC1.

La semaine dernière, Miss Kangourou est retournée à la Petite Mater Moche, pour y faire une garde afin de dépanner un collègue. Elle a posé les péridurales avec soin, en chouchoutant les pmettes comme d’hab mais aussi les autres mamans, avec sincérité cette fois ci. A pris du plaisir a faire ce boulot qui lui plait tant. Elle a regardé différemment les sages femmes, les auxi, et le gynéco de garde avec elle. En effet, c’est le gynéco qui va lui faire son écho T2 le mois prochain, la sage femme qui va la suivre pour sa grossesse, les auxi de puériculture qui donneront les premiers soins à son bébé kangourou…

Les odeurs typiques des lieux, la couleur grise des murs, les vieilles images encadrées prônant l’allaitement…. La Petite Mater Moche avait enfin retrouvé tout son charme aux yeux de Miss Kangourou, qui y a fait ses derniers pas en tant que médecin, les prochains étant en tant que future maman dès le mois prochain…

En vrac …

Cela fait un sacré petit bout de temps que la Miss Kangourou n’a pas raconté sa life. Non pas qu’il ne se passe rien dans sa vie, plutôt le contraire en fait.  Mais du coup il y a tant à dire qu’elle repousse le billet au lendemain tous les jours depuis deux semaines. Et le mois d’avril en cours a été mégaoverbooké côté boulot avec deux soutenances, 10 gardes, et des semaines à 80-100h/semaine. Ouf, le 1er mai arrive !  

Boulot boulot : Miss Kangourou a le plaisir de te dire qu’elle est enfin devenue une docteuse, une vraie, avec un beau papier qui dit qu’elle est docteuse ! Ca n’a pas été une mince affaire, et il y a eu pas mal de rebondissements. Cette thèse a été bizarrement influencée par la situation Pmesque et pregnantesque en cours, alors que ces deux mondes n’étaient pas du tout sensés interagir entre eux. Sauf que… Il y a maintenant trois semaines, Miss Kangourou est de garde à la grande réanimation du CHU de GrandeVille. Elle doit aller voir la ProfVieillepeau, responsable de la liste des gardes du prochain semestre de mai à novembre (et membre du jury de sa thèse), pour lui annoncer qu’ elle ne fera pas de gardes à compter de juillet, car devrait si tout se passe bien être dotée d’un bidon de 4 mois de grossesse d’ici là, rendant la prise de gardes dangereux à la fois pour elle, Nano, et aussi pour les éventuels patients en détresse vitale à l’autre bout du bâtiment. Bah oui, c’est physique le boulot de réanimateuse de garde, ça court pas mal, ça fait des massages cardiaques en pleine nuit et c’est juste incompatible avec la grossesse à partir du deuxième trimestre. Bref, après avoir checké again la présence de Nano inside the pocket en se faisant une petite écho express (Miss Kangourou surkiffe ces petits moments tout doux de rencontre avec son bout), elle a pris son courage à deux mains, et a été faire son coming out de pregnant bitch à ProfVieillePeau, vieille fille acariâtre carriériste qui déteste tout ce qui a trait à la féminité, et à l’humanité en général. Tu t’imagines bien qu’aller annoncer à la terre entière (aka au secrétariat de la réa) sa petite grossesse top secrète, à 8SA/6SG, ça lui a plu moyen, à Miss Kangourou. Mais elle avait tourné et retourné le truc dans tous les sens, et attendre les trois mois fatidiques pour refiler toutes les gardes d’été, en juillet août, c’était prendre le risque de se mettre à dos tous les collègues qui n’auraient pas compris sa prudence et auraient galéré à reprendre ces gardes d’été en ces périodes tendues de sous effectif. Bref, La voici au secrétariat où ProfVieillePeau est justement en train de peaufiner les quotas de gardes des uns et des autres, dont celles de Miss Kangourou. Elle semble furax et nerveuse, à son habitude, en plein comptage de jours fériés, et cela semble très compliqué. Donc autant te dire que l’annonce de Miss Kangourou ne lui a pas plu. Mais pas du tout. Elle a littéralement pété un plomb à l’idée de devoir recalculer des quotas, a jugé complètement inadmissible d’avoir prévenu si tard (la veille de la répart). Miss Kangourou lui a rappelé que sa grossesse était encore très jeune, et qu’elle avait souhaité attendre d’avoir une écho de 6 semaines avant de l’annoncer, pour limiter au maximum les risques d’arrêt de grossesse. ProfVieillePeau n’a rien compris. Je cite « Si c’est pour m’annoncer des nouvelles pourries comme ça, c’est pas la peine de venir. Quant à ta thèse, j’aurai probablement de mon côté un empêchement de dernière minute, tu vas voir ce que cela fait » C’est ainsi que 1)      La grossesse de Miss Kangourou a été révélée à la terre entière, le message ayant fait le tour de la réa en un rien de temps, d’après les textos, mails de soutien et autres félicitations qui ont plut dans le téléphone et mailbox de Miss Kangourou (qui aurait voulu se cacher sous terre pour ne pas contrarier DNLP avant les 12-14SA) 2)      Miss Kangourou s’est retrouvé à 7 jours de sa thèse avec un membre du jury furax et potentiellement absente, ce qui n’aurait comme conséquence que … d’annuler la thèse, rien que cela. Et a du aller se trouver un ProfJoker, qui a accepté de se pointer et de remplacer ProfVieillePeau au dernier moment en cas d’absence de sa part. Finalement, ProfVieillePeau s’est radoucie, et a choisi de venir  faire son boulot de membre du jury. Le directeur de thèse de Miss Kangourou a eu comme mission last minute de demander aux différents membres du jury de ne pas évoquer la situation pregnantesque de celle-ci, étant donné qu’une bonne partie de la famille de Miss Kangourou n’était pas au courant. Les profs se sont fait un malin plaisir à faire des allusions subtiles « je te souhaite une vie personnelle et familiale accomplie, dans le sens élargi du terme », ou beaucoup moins « bravo pour avoir accouché de ce travail » (ProfVieillePeau). Miss Kangourou était tellement heureuse de boucler cette page longue et éprouvante de cette année, qu’elle n’a finalement que très peu stressé, (merci le mode présentateur de Powerpoint découvert la veille de la soutenance grâce à Mr Choubidou), et a réussi une zolie présentation. Elle n’a pas presque pleuré pendant le serment d’Hippocrate, n’a pas trop bafouillé, et a eu le plaisir de voir beaucoup d’émotion et de fierté dans les yeux de ses proches… La soirée qui a suivie a été l’occasion de continuer à berner les oncles et tantes (vive le champomy), et de partager la nouvelle avec les amis qui ignoraient le début de grosssesse (mais qui étaient en voie de l’apprendre par les collègues de Miss Kangourou qui n’avaient pas bu du champomy, eux). Elle te racontera plus tard les différentes réactions, plus ou moins surprenantes, touchantes, ou décevantes, de ces amis. Encore du tri à faire côté potes.

Côté pocket : Nano pousse bien, et Miss Kangourou a gardé cette habitude de se faire des petites échos hebdomadaires en garde. Promis, elle va arrêter après les 12 SA, ne serait-ce que parce qu’il est hors de question qu’elle découvre le sexe de Nano, et que ses compétences en écho bien que limitées pourraient lui révéler ce genre de secret, ce qui gâcherait la surprise. En effet, après toute cette médicalisation, Miss Kangourou et Mr Choubidou ont décidé de découvrir le sexe de Nano le jour de sa naissance, naturellement… Ca rend dingue les frangins, mais tant pis ! De toutes façons, même si Nano est une fille, Miss Kangourou n’aime pas le rose ou le violet, alors ça ne changera pas grand-chose à ses premiers jours ou à la couleur de sa chambre… Tu peux constater que tout doucement, Miss Kangourou et Mr Choubidou commencent à se dire que tout cela n’est pas seulement un joli rêve, et que Nano commence à avoir une vraie place dans leurs projections, même si cela reste encore très abstrait et fragile. Ils espèrent très fort qu’il va continuer à s’accrocher, car ne se sentent juste pas capables de descendre du train maintenant qu’ils ont enfin commencé à y prendre leurs marques et à s’y sentir bien. Côté symptomes, rien de bien méchant, des nausées et un système digestif qui tourne au ralenti, ce qui donne par moments à Miss Kangourou un bide digne de 5 mois grâce à cette grossesse essentiellement gazeuse pour le moment. Par ailleurs, elle est aussi réactive et tonique qu’une larve, ce qui est assez LOL au vu des 10 gardes d’avril en cours de réalisation. Mais elle s’en tape, elle les kiffe ses symptomes, elle les préfère largement à tous ceux inutiles des stims et autres dpo/utro, parce qu’ils sont là pour la meilleure des raisons, elle veut bien les avoir en puissance 10000 si Nano sort entier dans … un peu moins de 7 mois 🙂         ❤

Petites news…

Cela fait un petit moment que Miss Kangourou n’a pas écrit sur son blog, mais les petits mots qu’elle a reçu par ci par là l’encouragent à continuer à poster.

Après être partie en vacances quelque temps, permettant à Miss Kangourou et une de ses chères copinautes de monter dans le train du bonheur, DNLP est revenue en force disperser sa foudre et sa cruauté et cette fin de mois est bien triste pour les autres copinautes… Miss Kangourou vous embrasse toutes très fort, et pense à vous chaque jour, ses amies de galère. Elle réalise à chaque instant la chance qu’elle a.

Ce matin au boulot, une aide soignante était en train de parler à tout le monde de sa grossesse, et est venue demander à Miss Kangourou de lui faire une petite écho pour, je cite « voir combien il y en a ». Le radar à Pmettes de Miss Kangourou s’est mise en route de suite, ben oui, les grossesses multiples c’est un truc de PMettes non ? Mais elle a vite réalisé que non, cette demoiselle était juste curieuse car jumeaux dans la famille, c’était une grossesse C1, sa 2e (pourtant elle a l’air d’avoir 12 ans cette fille)…

Miss Kangourou, faisant style de s’intéresser un chouïa à la demoiselle, lui demande où elle en est de cette fameuse grossesse.

« A 6 semaines » lui répond la demoiselle ;

Miss K « de grossesse ? »

Demoiselle « Non, d’aménorrhée »

Miss K « Et c’est pas un peu tôt pour l’annoncer ??  Tu as fait une écho déjà ? »

Demoiselle « Oui, c’est un peu tôt, mais au moins on me ménage, j’ai eu un arrêt la semaine dernière, et je ne touche pas les patients infectés. Je suis épuisée tu sais. »

Et là, Miss Kangourou, sortant d’une chambre de patient infecté, de garde ce soir, à 5SA+4, et en pleine dernière ligne droite de thèse/mémoire, a réalisé qu’elle ne vivait décidément pas dans le même monde que la demoiselle épuisée. Et ne lui a pas fait son écho. Pmette aigrie un jour, PMette aigrie toujours 🙂

En fait, elle pense tout le temps à NanoBaby, mais a beaucoup de mal à se projeter à après le 1er avril. Sont au courant ses parents, son frère et sa belle sœur et une amie proche, bref, ceux qui suivent de près leurs galères et qui connaissaient les dates. Ils sont d’ailleurs prudents car savent très bien que rien n’est gagné pour Kangourou et Choubidou. Le reste du monde ne sait rien, et seuls les proches restant (les beaux-parents et frères et sœurs) seront informés après la petite écho du bonheur, si tout se passe comme on l’espère.

Ceci dit, elle est de plus en plus sereine, y croit, même si elle sait bien que tout ceci est miraculeux et fragile.. Comme lui a dit Lisette (<3), il faut être heureuse pour ce petit bout de vie, même si on ne sait pas de quoi demain sera fait, il mérite qu’on lui fasse la fête, il est si attendu…

Elle a finalement craqué et refait un petit BHCG, clandestin, sans réfléchir, sur un coup de tête vendredi dernier, brisant toutes ses bonnes résolutions. Elle s’était fixé un objectif de doublement en trois jours, avait bien compris que si cela montait, c’était bien, de ne pas s’angoisser, et s’attendait à un petit taux à 1000UI…. Et a eu la joie de découvrir un taux très rassurant à 3135UI, qui lui permet de respirer et d’y croire un peu plus fort dorénavant.

Ce petit bout de vie lui permet de traverser ces semaines stressantes avec son directeur de thèse fou et son rapporteur de mémoire injoignable avec une zénitude ne lui ressemblant pas…

Choubidou est aux petits soins, et ils parlent très souvent de « Nano », en espérant de toutes leurs forces qu’il s’accroche. Choubidou a commencé à faire des bisou au ventre de Miss Kangourou, timidement, alors que celle-ci n’arrive toujours pas à dire « je suis enceinte » à haute voix. Ca viendra…

Voilà pour les petites nouvelles, tout va bien, même si Miss Kangourou aimerait très très fort que toutes ses copinautes la rejoignent dans le train du bonheur. Bisous à toutes. ❤ ❤