PMA & Allaitement ou comment sevrer un Nano en trois jours …

Alors promis, c’est la dernière fois que je te gonfle avec mes boobs. Avant le prochain MiniNano (si si, on y croit). Mais je pense que ça peut aider certaines pmettes allaitantes d’avoir quelques infos, j’ai eu bien du mal à en trouver quand je me suis retrouvée dans cette situation.

Quand s’est posé la question de la reprise précoce de la PMA à cause de ma réserve ovarienne de mamie, Nano avait 9 mois, et une des premières questions que je me suis posée, c’est « oui mais l’allaitement dans tout ça ?? »

Ben oui, après avoir contourné les obstacles multiples de la première année, crevasses, candidose, tire-allaitement au boulot, et chutes de lactation inquiétantes, c’est avec bonheur que j’ai découvert les joies de l’allaitement « long » , avec lactation automatique adaptée au petit père, sans fuite ni engorgement, sans bobo ni tirage intempestif (vive la diversification). L’allaitement d’un grand bébé, ce lien si spécial, cette complicité si présente. Ces moments de douceur dans le calme de la nuit, les tétées de retrouvaille si urgentes sur le parking de la crèche, les tétées réconfort quand les petites dents font leur chemin douloureusement, celles du matin à peine éveillés, celles qui soulagent les oreilles dans l’avion. Celles pour rire et jouer. Et tant d’autres… Cette façon de materner et d’accompagner son bébé en douceur dans les différentes étapes de sa vie de tout petit garçon.

Bref, ce qui me semblait bizarre, farfelu et un peu hippie voire même carrément malsain, est devenu une évidence progressivement. Je voulais continuer ces doux moments jusqu’au sevrage naturel. Pourquoi arrêter un allaitement facile, sans contraintes, qui nous rend heureux tous les trois, alors que le lait maternel reste parfaitement adapté et recommandé pendant plusieurs années ? Dans plein d’autres pays, allaiter un enfant de deux ans et plus est tout ce qu’il y a de plus normal, et les petits bouts allaités longtemps sont tout aussi autonomes que les autres, voire plus, et très sécurisés par ce lien si fort persistant avec leur maman. Donc RAB de l’avis général, j’ai commencé à rêver allaitement long, me suis renseignée sur l’allaitement pendant la grossesse, qui aboutit le plus souvent au sevrage naturel par manque de lait, et ai même lu quelques témoignages de co-allaitement, chose qui me semblait impossible lorsque je considérais les allaitantes de plus de six mois comme des acharnées du boob. Évidemment, il n’était pas question de sortir mes seins dans le métro à tout heure, mais de garder juste les tétées du matin et du soir dans l’intimité de notre maison, j’ai encore du mal avec l’allaitement des grands en public (pas taper pas taper).

Avec la reprise de la PMA, il a fallu se poser la question des trois effets possiblement indésirables de l’association des deux :

  • Les effets des médicaments sur le Nano. Pour ça, un site top, leCrat, qui recense toutes les données sur tous les médicaments pendant l’allaitement.  La plupart des médicaments utilisés en PMA sont en fait des grosses molécules qui ne passent pas dans le lait maternel. D’autres produits notamment anesthésie générale si FIV justifient une pause ou un tirage pendant quelques jours. Quelques traitements sont contre indiqués complètement et justifient un sevrage préalable. De mon côté le Gonal, l’Ovitrelle, le Speciafoldine et l’Utrogestan ne posent aucun soucis. Ce qui fut confirmé par ma gynéco.
  • Les effets des médicaments sur l’allaitement : Officiellement, risque de chute de lactation, que j’ai pu expérimenter, mais de façon modérée, avec nécessité de rajouter des bibs au tétées le soir. Moi, ce que j’ai trouvé difficile, c’est la sensibilité et la fragilité que cela a entraîné, avec l’apparition de f*cking fissurations de la base du mamelon, qui ont cicatrisé difficilement. Argh. J’avais lu ça nulle part, mais chez moi ça a été On-Off avec l’Utrodégueu.
  • Les effets de l’allaitement sur la réussite de la stim/IAC/FIV. Sur ce point capital, les données sont peu nombreuses. Beaucoup de gynéco sont contre par principe. Pas la mienne, qui s’est bien renseignée sur le sujet. Ce que j’avais lu, et qui m’avait été confirmé, c’est qu’à condition de limiter les tétées à moins de trois par jour et d’avoir un taux de prolactine normal et des cycles réguliers, il n’y avait aucune raison que cela ait le moindre effet.

Donc avec tous ces éléments, j’ai bien diminué à deux tétées par jour, matin et soir, globalement bien accepté par le Nano, et de toutes façons obligatoire vu les fissures. Et puis ma prolactine était encore plus basse qu’avant la PMA de toutes façons

Donc pas de soucis, voyants au vert, on a foncé en IAC.

Et puis il y a eu cette réponse de marde à la stim. Deux fois. Expliquée de façon claire par l’IOP.

Mais quand même, cette petite question qui a fini par se poser dans un coin de ma tête. Et si l’allaitement avait un effet quand même négatif sur mes ovaires ? Des données sur IOP/PMA/Allaitement, il n’y en a aucune dans la littérature médicale (en même temps 3% d’allaitement > 1 an en France et IOP 1%, ça limite les cas comme moi). Les témoignages googlisées sur les filles qui ont cumulé stim/allaitement avec succès sont plutôt rares sur la toile, et ne concernaient que des filles avec des infertilités « light » qui étaient sous Clomid seul, ou des couples avec infertilité masculine. Quelques OPKettes. Quelques témoignages de réponses moins bonnes aux stims que pour PMA1 ou de FIV négatives. Chez des filles passées de 40 à 43 ans, donc difficile d’incriminer la lactation seule. Mais quand même…

Du coup, j’ai écrit un mail aux gens qui s’y connaissent. Au Dr Thirion elle-même, star de l’allaitement en France. A la LLL. A Lactissima. Trois réponses me sont parvenues dans les 24h. Toutes de conclure que oui, ça pouvait jouer, que c’était peu probable à une ou deux tétées par jour, mais que de continuer même de façon occasionnelle pouvait avoir un effet négatif sur mes ovulations. Sans certitude.

Bref, avec cette arrière-pensée, impossible de continuer à « gâcher » mes tentatives de PMA en prenant ce risque même infime. Donc bye bye l’allaitement long, bonjour le sevrage.

Vint ensuite la question du timing de ce sevrage. Il fallait trouver un moment où Nano n’était pas malade, faisait ses nuits, était plutôt cool, avant qu’il marche parce qu’après phase crampon = sevrage tendu. Un moment loin d’un déménagement ou autre mini traumatisme de bébé. Un moment si possible avec des vacances pour accompagner cette période un peu difficile pour le lutin. Ce moment, c’était là, maintenant tout de suite. Déménagement prévu dans un mois, poussin en pleine forme, cool et adorable, déjà sevré de ses tétées de jour et de nuit.

Je sais que ça peut paraître bête, un problème de riche, ou de fusion mal réglée. Mais renoncer brutalement à ces moments si privilégiés, si doux, sans anticipation, en abandonnant notre projet de sevrage naturel … Lui donner des bibs de lait de vache alors qu’il sort de deux otites (apparues depuis la diminution à deux tétées par jour …) et qu’on est en plein hiver. Alors qu’il sait maintenant dire « Tété ! » avec un immense sourire quand il sait que c’est le moment… Que c’était devenu si chouette et si facile…

Eh ben ça a piqué. Mais genre, carrément piqué. J’ai pleuré toutes les larmes de mon corps pendant toute la semaine, et je me réveille encore toutes les nuits sans me rendormir. Je suis furax contre mes ovaires qui gâchent toujours tout. Qui refusent de me laisser tranquille, même pour ça. Pour une fois qu’un truc fonctionnait vraiment bien. .

Après trois jours à ne donner le sein plus que le matin, j’ai décidé de donner sa dernière tétée à Nano vendredi soir, dans le noir, pour profiter de ce dernier moment tout doux et parce que retarder l’échéance n’en était que trop douloureux. Je lui ai expliqué qu’il ne pourrait plus téter maintenant, qu’il était grand, mais qu’il aurait des bibs et plein de câlins. Avant de fondre en larmes et de pleurer comme une madeleine pendant des heures. Une vraie fontaine. Sous utro en dpo, ce qui n’aide pas clairement.

La bonne nouvelle, c’est que Nano a été un amour, et accepte le sevrage sans trop de difficultés. Je lui donne ses bibs, et après avoir réclamé deux trois fois avec une petite moue tristounette, il se contente de demander des siestes en porte bébé (Oui, Nano aime le portage physio depuis trois mois, youpi !) et une triple dose de câlins. Que je lui donne avec plaisir.

Et puis, on profite de ces jolis moments des fêtes tous les trois. On fait de la musique ensemble, il danse, chante et fait des percussions sur la table basse pendant que je pianote. Il dit plein de mini mots, et se tient debout tout seul, les premiers pas ne sont plus loin ! Il est de plus en plus espiègle et nous propose des parties de course poursuite à 4 pattes dans tout l’appart… Un chouette bébé.

Bref, Nano a eu sa dernière tétée, Choubidou nous chouchoute tous les deux, et moi je profite de ma poitrine XXL de bombasse le temps que tout cela se régule et que le lait s’en aille. Avec bien les boules quand même.

 

Publicités

33 réflexions sur “PMA & Allaitement ou comment sevrer un Nano en trois jours …

  1. Ton article est juste parfait !!!! Le ton est ni trop ni pas assez . Qu’elle est belle votre histoire d’allaitement 💜
    Ca me donne encore plus l’envie d un allaitement long pour le prochain.
    Lors de la dernière tetee avec le koala j avais la gorge toute nouée et je pensais fort que je remettrais Ca avec un second pour que ça ne soit pas aussi dur…

    Allaitement et anesthésie générale c’est le flou. Dans ma maternite c’était autorisé , sous morphine aussi à condition d espacer de 3h les tétées (sauf qu avec un bebe de 3 semaines dur d espacer les tétées).

    J’espère que cette concession de sevrage plus tot que prevu portera ses fruits pour un nanobis 💜.

    • Merci pour ton petit mot. En effet allaitement et AG c’est variable selon les centres, comme allaitement et pma d’ailleurs. Heureuse que tu vives ça de nouveau très vite avec Koabis! Pour le moment penser que je vivrai peut être ça avec un Nanobis ne me console pas car c’est notre histoire d’allaitement avec R. que je « pleure », mais j’imagine que pour toi c’est bien plus concret.
      Comment vas tu d’ailleurs ?
      Gros gros bisous !

  2. Snif. Je n’avais pas conscience de tout l’amour et enjeu que tu avais mis dans votre allaitement. Nano il en veut pas à tes ovaires je pense, et encore moins si l’issue est une maman plus sereine pour tenter de lui donner un mini Nano dans sa vie ;-). On seche les larmes, et on se dit que Bravo Championne d’avoir vécu tous ces moments uniques ! De tendres bises et moults croisages !

  3. Tes articles sur l’allaitement sont les meilleurs que j’aie lus sur ce sujet. Juste ce qu’il faut pour montrer le bonheur d’allaiter sans culpabiliser celles qui ne le font pas. Tu m’a donné envie et les conseils pour tenter d’allaiter au moins 6 mois. Pour cela merci! Je suis sûre que vous trouverez un nouvel équilibre plein de complicités nano et toi mais c’est un nouveau coupage de cordon en attendant. Bises

    • Rhoo c’est trop gentil ça. Génial si je casse le mythe de l’extrémiste anti bib. Oui on va trouver cet équilibre c’est certain. Juste un petit cheminement à faire, mais ça va aller, Nano est adorable et s’adapte vraiment bien.
      Plein de bisous et bel allaitement à toi en tous cas

  4. Quand je lis ton article, je regrette de pas avoir pu tenter.. Parce que c’est juste magnifique comme tu « racontes » ton allaitement et la relation avec Nano grâce à lui. Pfiou : »)

    • Tu sais, je pense que j’ai juste mis beaucoup d’éléments de notre lien maman bébé dans l’allaitement. Beaucoup de nos moments câlins et complices. Et c’est tout à fait différent pour toi car tu as exactement le même lien, mais les petits moments si forts dont je parle, tu en as d’autres que je n’ai pas connu, avec les câlins bib, l’écharpe, et plein d’autres moments. Ce qui me fait tant de peine aussi c’est de renoncer à ce symbole de notre première année avec R. et de savoir que plus jamais il ne s’endormira au sein. Alors que c’est encore mon bébé. Et de réapprendre à faire autrement, comme les mamans qui donnent le bib ou arrêtent plus vite. Tout redécouvrir c’est très angoissant. Et l’allaitement c’est un truc de paresseuse qui résout tous les petits malheurs, alors je stresse de ne pas savoir soulager les malheurs de mon lutin parce que je ne sais plus faire autrement.
      Bref, j’espère que tu comprends mieux que tu ne manques rien ou peu, tu vis juste ta maternité d’une façon différente. D’une façon que je découvre depuis trois jours 🙂

      • Ton commentaire m’a fait bcp de bien… il faut que je m’accroche à ce que je partage et vis avec ma petite F et non pas ce que j’aurai pu vivre si j’avais fait certaines choses d’une autre façon. Pfiouuuuu juste merci ❤

  5. Merci pour cet article, si complet. J’allaite encore mes jumeaux de 24 mois et je passe pour une extraterrestre. Ici, on devient « bizarre » après 6 mois. Ma charmante pédiatre Roumaine m’a beaucoup aidée et encouragée en me disant avoir allaité sa fille 15 mois. Ouf ! 😀 . Pmette, maman de jumeaux prématurés, l’allaitement a été si réparateur. Je me demande si le sevrage viendra d’eux 😉. Un bilan très positif, je reste persuadée que c’est ce qu’il nous fallait à tous les 4. Bonne chance pour la saison 2 et qui sait, un co – allaitement se mettra peut-être en place (allaiter 2 bébés, ça aide, un côté vases communicants..lol..). Bonnes fêtes à vous trois

    • Whaouh c’est juste génial d’allaiter 24 mois et plus des jumeaux 🙂
      C’est au programme pour la prochaine fois, deux bébés et un sevrage naturel, non mais !? Comment ça on ne choisit pas ?
      Oui après 1 an on est extra terrestre, mais ça reste un lien super. Le peu d’allaitement « bambin » vécu m’a donné un goût de trop peu, je suis très frustrée. C’t vrai que c’est réparateur, ça m’a redonné confiance en moi et mon corps. Alors après un accouchement prema j’imagine trop bien ton combat pour maintenir le lien lacté..
      En tous cas chapeau, bien qu’ ultra convaincue j’ai traversé plein de moments difficiles pour maintenir cet allaitement à tous prix, tu es mon idole 🙂
      Bel allaitement à toi

      • Merci, c’est trop 😉 et ça me touche…Vraiment ! Je n’ai pas témoigné pour cela..lol.. je peux juste dire que les circonstances peuvent conduire à mon parcours. La prématurité surtout. Personne n’allaitait autour de moi ou cela ne marchait pas. Le confort matériel (l’hiver au chaud, Whaou…), la belle courbe de poids des 2 etc…. m’ont motivée . Et surtout, ma fille qui détestait le biberon à s’ en faire vomir. Ceci est l’explication numéro 1, eh oui ! Je suis donc devenue prisonnière très volontaire de l’allaitement. J’ai découvert tout ce que tu écris si bien, un lien magnifique. La fin de ton post m’a profondément remuée. Décidément, les pmettes doivent toujours payer le prix. Des bises !

  6. Quel bel article ! Je me retrouve tellement dans tes mots et j’espère prolonger mon allaitement au max car, oui, ce sont des moments uniques et magiques… comme toi, je pensais que les mamans qui allaitaient longtemps étaient des extra terrestres extrémistes… et me voilà à 5 mois et demi d’allaitement exclusif et je n’imagine pas arrêter de si tôt !
    Je suis si triste que tu es du renoncé à tout ça et j’espère qu’un mini nano viendra vite vous combler ! Je vous souhaite de belles fêtes de fin d’année !

    • C’est top ! Tu as fait le plus « dur », c’est super si tu profites à fond de ces moments avec ton bébé. Ben oui, un bonheur gratuit et naturel comme celui là pourquoi l’arrêter quand ça devient facile ?
      Profite ++ et gros bisous

          • J’écoute déjà pas grand monde en ce qui concerne ma fille 😉 ! Je vais bien faire comme je vais vouloir. Et puis TiteBichonne est allergique aux protéines de lait de vache, alors tant que je peux allaiter, je le fais ! j’ai la chance d’être bien entouré pour mon allaitement !
            Merci et bisous 😘

  7. Coucou, je n’y connais pas grand chose en allaitement, mais j’espère que quand il y aura mini Nano (oui oui il y aura!!), tu pourras aller au bout de ton envie avec lui. (Ou peut etre apres mini Nano si vous souhaitez tenter un micro Nano!). Mon impression et que souvent on ne peut pas tout vivre avec les aînés quand on pense au 2eme. Mais lui apporter une soeur ou un frere serait le plus beau des cadeaux pour lui. C’est vrai qu’il y a cependant un lien fusionnel unique avec l’aîné, car il est seul. Ca fait de la peine d’y mettre un terme. J’ai aussi culpabilisé vis à vis de ma fille aînée pour PMA2. J’étais fatiguée, moins dispo pour elle. C’est une préparation pour l’après: comment faire pour satisfaire deux enfants alors qu’on n’est juste une maman? Quand le deuz arrive, tout l’équilibre de la famille change. C’est moins fusionnel mais vraiment trop chouette. Je te souhaite que mini Nano arrive bientôt!!!! Il faut que tu m’envoies une photo de Nano d’ailleurs, ila dû tellement grandir!! Gros bisous

  8. J’espère que cet arrêt de l’allaitement non souhaité portera vite ses fruits !… Avec un mini que tu pourras à nouveau allaiter…
    J’arrête d’allaiter mon petit B. cette semaine, j’appréhende aussi même si je sais que c’est « le bon moment » pour nous 3…
    C’est la « fin » d’une période mais il y aura autre chose à vivre avec Nano (et petit B. pour moi 🙂 ), tout aussi fort, juste différent…
    Plein de bisous !

  9. J’espère que cet arrêt portera ces fruits. Je suis sûre que vous allez trouvé d’autres moments de complicité.
    J’allaite toujours ma fille de 21 mois et je comprends bien ce lien si particulier. Je repousse le moment de retourner en PMA car j’ai peur qu’on m’oblige à arrêter l’allaitement par méconnaissance et qu’on me prenne pour un extraterrestre.

  10. L’envolée m’amène ici 🙂
    Et je me reconnais dans ce que tu dis: il y a à peine un an, je sevrais ma petite qui avait alors presque 13 mois – parce que j’allais retourner en FIV, et que ma gynéco m’avait dit qu’il fallait arrêter l’allaitement pour que les hormones se remettent à des niveaux normaux avant de faire la FIV, pour que les stimulations soient efficaces. Je m’étais initialement dit que j’allaiterais environ 1 an, donc en théorie ça collait bien (enfin plutôt j’avais calé le retour en PMA en fonction de ça!), mais en pratique s’il n’y avait pas eu la PMA, j’aurais certainement continué plus longtemps, et a minima, j’aurais pris le temps d’arrêter plus progressivement. Mais bon, au final ça s’est bien passé quand même – dur sur le moment, très frustrant quand je voyais qu’elle voulait téter, que j’en crevais d’envie aussi et que dans les faits je le pouvais, mais que je me disais non, il faut que j’arrête maintenant…
    Il y a tant de choses difficiles dans nos parcours, tant de moments ou de décisions qui nous sont en quelques sorte volées et que peu imaginent et encore moins comprennent…
    J’espère que ces fêtes ont tout de même été douces pour toi. Tu trouveras vite, si ce n’est déjà fait, de quoi remplacer la « facilité » de l’allaitement pour pallier au moindre bobo – et les petits moments complices ne seront qu’un peu différents, mais très certainement toujours présents.
    Gros bisous

  11. Je me demande si le clomid est compatible avec l’allaitement. Dans ton article, tu indiques que certaines femmes le font mais je n’ai pas trouvé sur d’information sur le crat. Sais-tu si c’est compatible ? Merci

  12. l’article date mais il répond totalement à mon interrogation du moment… Je suis une gosse plus que riche de la PMA, on va dire que je suis millionnaire, parce qu’après 5 ans de FIV infructueuses, (5 FIV, 9 ponctions avec des ovocytes pas top, des follicules vides parfois et surtout très peu de spermatozoïdes, voire pas du tout parfois, d’où les ponctions n’aboutissant pas à des FIV à chaque fois…) mais dont nous sommes fiers d’avoir tenté et été jusqu’au bout, nous sommes passés aux IAD…. Nous avons eu 1 bébé au 3ème essai. 12 mois plus tard nous retentons, et nous avons eu 1 bébé au 2ème essai. Le monde des bisounours. Tout semble nous réussir où tout échouait auparavant. 12 mois plus tard nous avons des soucis avec notre CECOS, nous changeons de centre (nous perdons une année….) et 3 ans après bébé 2 arrive bébé 3 au 1er essai (on aurait presque envie de dire 3,2,1, le 4ème arrivera tout seul, même si chez nous c’est impossible…) Pour la pma de ma deuxième, je continuais d’allaiter mon aîné (enfin pour être clair, j’ai tiré et jeté mon lait pendant les traitements et pour le don d’ovocytes que j’ai fait avant et repris l’allaitement en « direct » dès l’ovitrelle passée) Pour la PMA de mon 3ème, c’était différent, ma fille ne tétait presque plus (elle avait 2 ans tout de même ^^) et c’était moins son truc que ces frères, elle était plus indépendante. là, je rêve (oui je suis une gosse de riche, mais j’ai manqué ma carrière à cause de la PMA, alors, ma carrière c’est d’aller au bout de mon rêve de 4) d’un 4ème. Ma réserve ovarienne a chuté, elle n’a jamais été glorieuse, mais vu que Monsieur 3 est venu sans souci et que j’allaite, on m’a fait grâce de la pds pour les taux hormonaux qui seront faussé par la prolactine. Le truc est qu’en follicules antraux, c’était mauvaise pèche…. 7… pas glop… Mon gynéco trouve que ce serait dommage de ne pas tenter, mais quid de celui du cecos qui a accepté de ne pas faire la pds… Sera-t-il aussi confiant ensuite ? Est-ce l’allaitement qui joue sur mes ovaires et fausse les résultats ? Pourtant une écho de réserve ovarienne ne ment pas malgré l’allaitement, si ? Bref, bébé 3 a 9 mois, il tète 3 fois par jour, je vais passer à deux histoire de l’habituer. en Juin je commence les traitements, (si c’est toujours validé par le cecos) mais je m’interroge… Le sevrer, oui, mais si c’était pour… rien… Si jamais il n’y avait pas de petit 4 tellement souhaité, je le prive de mon lait, de ce moment tellement intense entre nous…. Je ne sais plus… J’ai peur de vivre a titre plus égoïste mes dernières heures d’allaitement qui seront peut-être les dernières….. Pour un souhait égoïste de bébé, qui est pourtant un projet qui nous tient à coeur… Difficile…… En voyant votre parcours je me dis que vous avez eu raison… J’espère ne pas me tromper et suivre moi aussi la bonne direction… Après tout je risque juste… un peu plus de bonheur… Merci en tous cas pour ce témoignage qui est le seul que j’ai pu trouver sur la toile !

  13. Bonjour Miss Kangourou,
    Lectrice de l’ombre assidue, j’ose enfin t’écrire. Je voudrais te contacter en MP au sujet de cet article mais je ne trouve pas comment Le faire.., accepterais-tu de me donner ton adresse mail ? Merci ! Et félicitations pour tes deux miracles dont j’ai suivi les aventures !

Laissez moi un petit mot, soyez moins timide que moi :-)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s