Autre parcours, autre vécu (ou pas?) + EDIT

Mettre des mots sur ce deuxième parcours pmesque n’est pas évident.

Initialement, je ressentais beaucoup de sentiments négatifs.

Colère de devoir me replonger dans ce parcours si anxiogène, si tôt, à cause de cette IOP qui s’est aggravée biologiquement. Sans y croire vraiment.

Fâchée de ne pas pouvoir profiter tranquillement de mon Nano si attendu jusqu’à ce que l’envie d’un 2e apparaisse.

Triste de devoir sevrer brutalement l’allaitement à la demande de mon serial téteur alors que ni lui ni moi n’étions prêts, juste avant l’hiver (il reste une ou deux mini tétées câlins par jour, mais sans lait ou presque, et avec des seins fragilisés et fissurés par la stim). Et de constater que depuis le quasi sevrage de Nano, il a cumulé deux rhumes, un syndrome grippal et deux otites purulentes (en 1 mois et demi). Lien impossible à établir mais quand même.

Culpabilité aussi, de ne pas nous contenter du bonheur immense d’être parents d’un si chouette petit bout, et de lui imposer les conséquences de nos rêves de famille nombreuse.

Bref, grosse ambiance chez les kangourous.

Clairement on n’était pas prêts à se relancer, avec le Nano qui se réveillait encore deux fois par nuit, le boulot de folie de cette dernière année universitaire, le déménagement et les démarches qui vont avec, la boîte de Choubidou qui peine à décoller et dont le chiffre permet à peine de payer les charges patronales (qui a dit que les chefs d’entreprise étaient des nantis ?). Ce n’était pas le moment pour un numéro 2.

Bref, on a hésité à se lancer, vraiment. Et puis on a regardé notre poussin à 4 pattes en train de courser les chats avec ses yeux qui brillaient, et on s’est dit qu’il lui fallait absolument un compagnon de jeux plus coopérant que nos vieux matous récalcitrants. Et que laisser mes ovaires de marde prendre un coup de vieux supplémentaire juste parce qu’on n’est pas des super héros ne serait pas une solution qu’on assumerait par la suite. Surtout vu le regard inquiet de ma gynéco si optimiste habituellement lorsqu’elle avait prit connaissance de mes résultats d’AMH et d’écho. Qui nous a quand même dit qu’il fallait foncer.

Donc on a mis nos capes de super héros, caché nos cernes de jeunes parents et on a repris la PMA. Les piqûres, ce fut easy, finger in the nose, je me pique dans le ventre, les cuisses, même plus peur. A part la toute première ou c’est Choubidou qui m’a piqué mais s’est trompé de dose et a ressorti l’aiguille en milieu d’injection. Avant de manquer de tomber dans les pommes. Oui, je suis mariée avec un homme fort, viril, et pas du tout aiguillophobe. Un grand moment de couple. Depuis, je me pique toute seule !

J’ai plutôt bien toléré la stim, je me suis juste sentie très fatiguée, mais comme tout le monde en novembre non ? On a fêté dignement l’anniversaire de notre petit bout. Avec une otite hyperalgique de folie le jour même, mais bien mieux en famille le weekend suivant. Même que j’ai versé une petite larme d’émotion de le voir entouré de toute sa grande famille en train de tenter de se cramer le doigt souffler sa première bougie aidé de son cousin.

Et puis il y a eu la première écho de contrôle de la stim, à J12, faite par une gynéco associée que je ne connaissais pas. Qui a révélé deux jolis follicules à droite, un ovaire gauche endormi. Et la colère a laissé place à l’espoir et aux montagnes russes… Le taux d’E2 à 183, si loin des 542 de l’IAC gagnante de 2014 m’a fait un peu redescendre de mon nuage et réaliser que oui, mon IOP avait progressé et que les jolis follicules ne contiennent pas toujours un bel ovocyte mature. Ce taux n’a pas du tout inquiété la gynéco, qui a continué le Gonal 24h de plus avant de déclencher afin de laisser le temps à mes œufs de caille de se transformer en beaux œufs d’autruche.

Deux jours plus tard, retrouvailles avec notre gynéco habituelle, en pleine forme le lendemain d’un marathon (elle en fait 4 par an, et des trails entre deux, une vraie hyperactive). Elle m’a lancée, toute fière, que tout était parfait, que j’avais eu deux follicules, et que : « Vous voyez, tout va bien, ne vous inquiétez pas, vous êtes fertile ! »

WTF ?? Alors si être fertile c’est se taper un protocole de PMA 11 mois après avoir accouché, en urgence parce que AMH à 0.8, au pire moment niveau vie pro et perso, avec une réponse à la stim deux fois moins bonne qu’avant malgré une dose de Gonal augmentée… Bref, j’ai failli lui balancer son speculum à la tronche. Mais je me suis contentée de faire un petit sourire forcé et de dire une phrase intelligente genre « Hihihi vous trouvez ? » Aucune répartie la MissKangourou.

Le lendemain de l’IAC, j’ai été malade, beaucoup de fièvre pendant trois jours, grippette partagée avec le Nano. Et puis, après une deuxième partie de cycle qui aura brillé par une libido au taquet (Utropower), un épuisement maximal et des périodes d’espoir malgré tout, le test fut négatif comme attendu et J1 a débarqué sans se faire prier à J27. J’ai été surprise d’être déçue tellement je m’y attendais. Quant à Choubidou, il a dit que chez nous, c’était les IAC2 qui fonctionnent, donc même pas mal.

Bref, j’ai débuté la stim pour IAC2 tout de suite, sans pause, en respectant sagement la dose de Gonal prescrite bien que j’ai très très envie de me faire des vraies doses spécial ovaires de mamie au lieu des 62,5UI prescrites pour « ne pas forcer vos ovaires tout de suite Mme Kangourou, ça risque d’empirer l’IOP »

La colère est partie, la fièvre aussi, par contre l’espoir est toujours présent et l’envie de ce minipouce se renforce tout doucement. La peur réapparait aussi, celle de ne pas y arriver.

La première fois, en 2014, on n’y croyait pas, on nous avait annoncé le pire au vu de mes résultats de PDS. Et j’avais finalement super bien répondu à la stim, malgré mon AMH à 1,4 à l’époque. Cette fois ci, c’est donc pleine de confiance que j’avais débuté ces tentatives. Mais il semblerait que mes ovaires aient bien pris un coup de vieux..

Aujourd’hui, J12, écho de suivi de IAC2. Plein de petits follicules à droite avec un moyen à 15mm, un gros à gauche de 19mm, une MissKangourou toute fière en voyant tous ces petits œufs échographiques (qui a dit que je suis infertile ? Il y a une équipe de foot dans mon ovaire droit !). Un endomètre bien moelleux et épais comme toujours. Et la gynéco ravie (ça en devient agaçant cet optimisme) qui décrète une belle ovulation probablement en cours ou presque et une IAC dans les deux jours. Et puis la chute, les résultats de la PDS, un taux d’E2 péniblement à 100pg/ml. Bref, rien de mature dans la récolte. Que des bulles de savon vides.

Alors oui, on continue la stim, et oui ça peut grossir dans les prochains jours, et même que ça peut marcher.

Mais n’empêche qu’un taux aussi bas après 10 jours de stim, c’est pas terrible.

Finalement, ça confirme qu’on a bien fait de se lancer vite. Et qu’en effet, une AMH<1 signe une vraie IO, avec réponse de marde, et ovocytes feignasses pas très motivés pour s’allier avec les zozos de Choubidou.

Bref, Wait&See.

Ce qui rend les choses plus faciles, c’est de savoir qu’on est parents, qu’on aura eu cette chance immense dans notre vie. Contrairement à la première fois où ça nous rendait si malheureux. En plus, un petit bout de 1 an qui apprend à marcher, qui fait ses dents, qui met ses doigts dans les prises, qui fait des gros câlins, ça rend la notion du temps bien différente de la première fois…

Après, on est en début de parcours, il nous reste plein d’options, donc on garde évidemment espoir.

Cette fois ci, on ne l’a dit quasiment à personne, on garde notre secret pour nous deux. Du mal à expliquer pourquoi on ne vit pas si bien ce parcours, et pas envie de mêler nos familles de nouveau à ces instants si intimes.

On a juste choisi d’informer un couple d’ami en PMA, car on les accompagne dans leur parcours, ils se confient à nous, et on trouvait ça normal qu’ils sachent qu’on essaye de nouveau. Sans comparer nos ressentis, qui sont évidemment incomparables. Plus pour qu’ils anticipent une éventuelle annonce de notre part et qu’ils ne se sentent pas trahis si cela arrivait.

Bref, un deuxième parcours qui débute tout doucement, avec des sentiments contradictoires, de l’espoir, de la colère, de l’inquiétude, de l’ambivalence, de la tristesse. En fait, des sentiments classiques de pmette. Adoucis par notre bonheur quotidien avec Nano …

Gros gros bisous à toutes

EDIT: E2 à 134UI ce jour. Bref, taux de marde. Mais ça monte. Du coup, déclenchement demain soir, en espérant que ce taux ait encore grimpé d’ici là (pas de contrôle prévu), et IAC2 lundi. J’y crois pas des caisses, mais on y va!

Publicités

45 réflexions sur “Autre parcours, autre vécu (ou pas?) + EDIT

  1. Tu mets des mots sur tout ce que je redoute autant que je « convoite » (les guillemets, parce que bon… convoiter les pds de 7h du mat et les échos de 20h30, les baffes, la fatigue et les espoirs déçus… c’est du masochisme). En attendant que mon utérus se refasse une beauté et que les petits grandissent (pas pour le confort mais parce que vu la grossesse pourrie que je me suis trimballée ce serait folie de remettre ça avant une totale autonomie) je te regarde sur le quai, à travers la vitre du hall de gare dans la salle des pas perdus. Et je croise fort mes petits doigts pour que l’attente soit la plus courte possible et la penibilité la plus légère. Des bisous à toi et à ton petit Nano !

    • Merci tout plein. Je te comprends car en même temps que je râle je suis soulagée d’avoir remis en route la machine. Surtout qu’on va tout faire pour avoir nos trois poussins 🙂
      Tu te laisses encore une bonne année de récupération ? Vous en êtes où de vos projets de déménagement ?
      Bisous à toi et tes adorables ogritons et joyeuses fêtes en famille

      • Je ferai un bilan en mars quand je verrai le Cam pour mon contrôle technique, si ça n’a pas bougé on se donnera encore un an. Sinon on verra, d’ici là ce devrait être check pour la cicatrice. Et pour la maison, pas grand chose de nouveau. On a raté une merveille avec vue sur mer parce qu’on n’a pas osé jouer, d’un autre côté la perspective des fêtes avec les petits, nos amis, les gens qu’on aime… réunis chez nous dans cette maison qui nous est si chère, ça me fait tellement plaisir 🙂 joyeuses fêtes à vous aussi ♡

  2. Je vous souhaite un petit deuxieme le plus rapidement et le moins douloureusement possible.
    Je connais cette colere, j avais la même à cause de la fucking endometriose qui me hantait dès l’accouchement et qui me forçait à penser à un deuxieme alors que l’envie n’était pas là, à l’heure où les couples « normaux » profitent juste de leur bebe sans se soucier des lendemains… Quoi qu’il en soit c’est comme ça , je te souhaite une belle surprise 💜

  3. Tu as tout à fait le « droit », la légitimité à vouloir un deuxième. Et je comprends bien que ça doit être bien difficile de ne pas pouvoir choisir le moment où vous auriez voulu commencer et de tout affronter en même temps : fin de l’allaitement, maladies du Nano, les montagnes russes de la pma, ça fait vraiment beaucoup. Mais ça vaut le coup.
    J’espère que l’E2 va finir par monter. Que ces follicules seront plus conciliants. Et que ce parcours sera rapide pour que vous puissiez vite retrouver la sérénité de votre famille, sans le stress de la pma.
    Je t’embrasse fort et croise les doigts pour toi !

    • C’est gentil de comprendre, j’au hésité à publier ces mots car pas forcément entendables par des pmettes toujours sur le quai. Mais en échangeant avec des copinautes mamans j’ai réalisé que la question des autres bébés était présente dans toutes les têtes. Je te souhaite deux petits bouts dans 8 mois !

      • Tu as eu raison de publier. Je pense que, même si on n’imagine pas vraiment comment c’est « après » , on peut toutes comprendre l’envie d’avoir un deuxième enfant. Et ce n’est pas forcément plus facile je pense.
        Merci pour tes souhaits ! ❤
        Je t'embrasse fort fort !

  4. Oh merci pour ces mots !
    Je suis en plein dedans…notre chaton aura 1 an à la fin du mois et l’envie d’un deuxième est la mais il faut que j’arrête d’allaiter pour avoir mon retour de couches et repartir en pma !!
    J’ai tellement peur de ne pas avoir un deuxième bébé et regretter d’avoir arreter ses tétées bonheur ….
    Je suis tellement jalouse de mes copines pour qui tomber enceinte n’est pas un probleme !

    • Tu lui donnes encore beaucoup ? En diminuant à une ou deux tétées par jour le RDC revient chez beaucoup de femmes, et l’allaitement n’est pas une contre indication au retour en pma. Ici il a été compliqué car grosse réaction des seins aux hormones et multiples fissures et crevasses, donc j’ai fortement diminué mais je garde une ou deux petites tétées bonheur comme tu dis…

      • Nous avons pris rendez vous avec la gyneco il y a 10 jours pour voir comment se passait la reprise ( il nous reste un embryon au froid ) et ca m’a un peu motivé. Nous avons donc arrêté les teétées de journée depuis 10 jours et depuis qq jours celle du matin. Il nous reste celle du soir au couché et celles de la nuit … Car ici aussi pas mal de réveils ! Le Papa essaie d’y aller mais parfois c’est sans succès ….
        Tu as eu ton retour de couches quand ?
        Comment fais tu la nuit ?
        Je me sens tellement seule et désarmée surtout qu’elle ne prend absolument aucun biberon ni produit laitier…. ( elle n’accepte que le fromage de chèvre )
        Si j’ai la chance d’avoir un deuxième je vais au sevrage naturel !!!

        • La nuit, si il réclame, je lui donne le sein, mais c’est devenu très rare, moins d’une fois par semaine. Ou un bib par son papa si seins trop abîmés. C’est plus pour le câlin que par faim qu’il réclame. Il prend des bibs avec la tétine Calma de M*dela, avec une succion proche de celle au sein, il accepte très bien les bibs. Sinon on complète avec des yaourts, il adore les bébé n*stlé. RDC à 6 mois et demi après la diminution des tétées de nuit … Pose peut être la question à une puéricultrice consultatnte en lactation? En PMI il y a des perles pleine de bons conseils… Ou à une consultante LLL? Ca peut t’aider. Le site Lactissima donne plein de trucs et de témoignages aussi. Ici Nano mange de tout facilement, du coup se nourrir n’a jamais été le souci. Et oui, vive le sevrage naturel, j’espère le vivre pour un prochain petit bout (on en veut trois alors c’est pas pour tout de suite)

          • Oh mais la nourrir n’est pas un probleme !! Elle adore tout à part les biberons et les yaourts. J’aurais trouvé juste plus facile de donner un biberon le matin mais on fait avec. Le plus dur va être de ne pas lui donner le sein quand elle va se réveiller la nuit…
            Merci en tout cas pour tes réponses 🙂

    • De la chance mais aussi le courage de reprendre les essais avec un nouveau né de 5 mois. Vous méritez votre bonheur, heureuse pour vous et votre petite puce à venir bientôt! Pas trop épuisée? Bisous

      • Je commence mais ça va en plus je n’ai pas de remplacement depuis plusieurs semaines donc j’arrive à me reposer ! Tu dois bien etre crevée avec ton clinicat et les réveils nocturnes quotidiens?? ! Je te souhaite un deuz voir un Troiz dans la foulée comme ça vous aurez les 3! Des bises

  5. C’est limpide… Il FAUT y aller… Et ce ‘il faut’ c’est insupportable quand le moment idéal (qui est inexistant de toute façon en PMA) n’est pas là, que la fatigue des premières années de bébé est quant à elle bel et bien là, sans parler de vos vies de dingues et d’enjeux immenses du moment. Comme tu vous décris si bien, vous avez mis vos capes de supers héros… Et les supers héros, ça franchit des montagnes, et à la fin ça gagne ;-). Je pense fort à toi, envoi pleins de bises et de dodos et d’apaisements et de joies enfantines au Nano, et je croise fort pour que ce ne soit qu’une bulle de savon, et non des bulles… que d’ici quelques heures/jours, ce taux grimpe plus haut… Des bisous ma belle et si douce MissKangourou ❤

  6. Je te souhaite du fond du coeur un parcours express. Ma filleule a été conçue naturellement après une FIV cata sans transfert, alors que sa mère cumulait endo + AMH à 0,9… Bref, les miracles existent et finalement, ils ne sont pas si rares que ça… 🙂

    • Merci ma Julys. Oui les miracles existent, et quand il s’agit d’IO, les témoignages de grossesse spontanée sont fréquents, car il y a quasi autant de chances qu’en PMA. Je connais une IOP qui a eu 3 grossesses spontanée dont une avec AMH à 0.2. Et todropsky (cf plus haut) attend son 2e sans PMA avec AMH à 0.5! Donc oui, je peux continuer à croire à ma tribu de 3. On verra bien. Ca fait drôle de se sentir vieille quand même. Comment vas tu de ton côté??
      Gros bisous

  7. Tu exprimes très bien l’ambivalence de sentiments j’ai envie/pas envie… Je vous trouve très courageux d’avoir commencé les IAC. Je te souhaite le meilleur.
    Et non, les chefs d’entreprise ne sont pas des nantis, loin de la 🙂
    Enfin pour cette colère, je comprends. Parfaitement.
    Bisous !

    • Merci Marivalou. Oui, plein de sentiments ambivalents. J’ai même ressenti un soulagement 1 seconde avec le TG négatif tellement ce serait compliqué pour nous une grossesse maintenant. Avant d’être ultra déçue. Donc l’ambivalence, c’est le mot qui correspond le mieux à cette situation. Ceci dit, depuis le début de cette 2e stim, je suis vraiment enfin dans ce projet, à fond, et c’est du coup plus difficile de gérer les foirages que la première fois.

  8. Ca fait beaucoup c’est sûr. Avec un enfant déjà dans ses bagages, on est moins stressé quant au résultat mais on a aussi beaucoup moins de temps et d’énergie pour une 2ème PMA!! Je te souhaite aussi un parcours express et pense bien fort à toi. Tous ces efforts valent le coup!!

  9. J’imagine très bien ce que vous pouvez ressentir. Toujours ce sentiment d’injustice au fond. Il faut tout calculer. Quand on s’est réinscrit au CECOS (rien à voir hein c’est juste une inscription) ça m’a fait un effet moindre mais un peu pareil aussi. Retourner là bas alors que les garçons avaient à peine un an, alors que tout de suite c’est pas le moment mais il faut tout calculer dans nos vies alors si ça marche et si ça marche pas et ça tombera quand si ça marche et on sera où etc etc …
    Bref, cette pression, ces calculs, encore cet environnement médical …
    Plein de courage à vous.

    • Merci ma Tittou,
      Je me doute que tu comprends tout cela super bien, on est toutes dans le même panier.
      J’espère que tu te sens mieux. Je suis bien moins présente que d’autres sur la twitto mais il me semble ne pas t’avoir vue depuis un moment ?
      Des gros bisous

  10. On ressent ta peur et ton angoisse ds ton article je trouve… j crois que tant que le desir de famille n est pas comblé le parcours reste difficile, meme si la presence d un enfant aide un peu dans les meandres pmesques ds lesquels on se perd.. . En te lisant, j me dis qu on a une chance presqu insolente, avec ce baby 2…
    J t envoie du courage, j pense bien fort à toi et j croise les doigts pr cette nvlle tentative.
    Bisous bisous !

    • Oui tant que le nid n’est pas plein de poussins ça fait peur.
      Je suis hyper heureuse pour toi, vraiment. C’est bien un truc de pmette de culpabiliser d’être enceinte 🙂
      Et ton annonce FB est juste adorable

  11. Et tu as bien raison de souligner et de garder en tête que des options existent car l’IOP est une belle sal*perie mais pas une fatalité.
    Je souhaite un compagnon de jeu à ton petit Nano !

  12. Je sais que ce nest pas évident de reprendre ce chemin, mais « l’horloge biologique » ne s’arrête pas.
    On se serre les coudes et on va montrer à dame nature qu’elle ne nous empêchera pas d’avoir notre Number 2.
    Bises.

Laissez moi un petit mot, soyez moins timide que moi :-)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s