Petites news en vrac

Tout d’abord, pardonnez-moi d’avoir déserté vos blogs, je vous lis tous les jours mais ne commente pas souvent, par manque de temps principalement. En effet, la rentrée a été plus que chargée ici. Je vais faire mieux, promis ! Les choses devraient se tasser ces jours ci. Je vous donne quand même des petites nouvelles !
Côté boulot :
La rentrée a piqué très fort. En effet, j’avais deux articles à pondre pendant l’été, censé être une période calme dans mon service, mais ce ne fut pas le cas, et je me suis donc retrouvée à devoir travailler comme une dingue en septembre pour boucler mon boulot avant les deadlines. Ne bossant pas dans un CHU, mais ayant des obligations universitaires quand même, sans le temps alloué, mon temps libre et mes weekends en ont pris un coup. Bref, papiers finis en quelques nuits blanches et weekend d’ermitage, je ne me consacre plus qu’à mon activité clinique quotidienne, fais une petite pause universitaire, en attendant la prochaine échéance. En effet, dans ma spécialité, les études ne sont jamais tout à fait finies, ce qui est à la fois stimulant et parfois épuisant.Cette année sera la dernière avec des examens, mémoires et présentation, je boucle ma surspécialité dans 8 mois, hâte +++ d’en avoir fini avec tout ça!
Côté logement :
On achète une maison ! Entre deux baisses de motivation pendant le mois de septembre, on a commencé à jeter un coup d’œil sur internet à le recherche de La maison, juste pour voir en attendant de vendre notre appart. En effet, c’était top pour deux, mais déjà petit pour nous trois, et on voulait enfin un vrai extérieur et une maison de grandes personnes! Bref, on a craqué sur une jolie maison à la campagne proche, avec un beau jardin, une cheminée chaleureuse, plein de lumière, des vignes et des fleurs … et on a signé, sans même avoir vendu l’appart, abandonnant tous nos principes de précaution. Mais on se projette tellement bien dans cet endroit qu’on est super heureux, et on a fait un montage financier très souple et flexible nous permettant de vendre tranquillement notre appart en deux ans, ce qui est largement faisable vu son emplacement.
Comme Mme Pimpin, je suis amoureuse de mon appartement actuel, un joli rez de jardin où on a fait plein de travaux et où on a passé des moments heureux tous les deux, des moments plus durs et aussi l’année la plus belle de notre vie… Mais on le quitte pour la maison de nos rêves, alors… En attendant, faire les visites, c’est très particulier, les gens touchent à tout, aiment ou n’aiment pas ce qu’on a fait, et c’est très bizarre d’ouvrir son intérieur à des inconnus, surtout quand chaque pièce, chaque bout de mur est associé à notre histoire. Je ressens la moindre critique comme une attaque personnelle, je déteste ça!

Côté Nano :
Le petit bonhomme a bien poussé, et va déjà souffler sa première bougie très prochainement ! C’est un petit bout toujours plein de vie, qui nous fait bien rire. Il est devenu très câlin, me fait des bisous baveux, et niche sa petite tête dans mon cou tous les matins. Il est toujours allaité à la demande pour mon plus grand bonheur le weekend, et matin et soir la semaine. Il gambade partout et course les deux chats complètement paniqués par cet ouragan à 4 pattes. Il se régale avec tout ce qu’on lui présente et est un petit estomac sur pattes! A la fois très explorateur, autonome et curieux la journée, mais aussi très inquiet et nerveux le soir, quand il fait noir et qu’il faut aller faire dodo, chose qu’il déteste par-dessus tout même si épuisé. La nuit, il réclame souvent une tétée câlin quand il fait tout noir et qu’il a besoin d’être rassuré, il est tout doux dans ces moments là.. Son sourire me fait fondre et je suis amoureuse de mon bébé comme toute MILK respectable. Mais parfois, il a un caractère de cochon, s’exprime bruyamment et balance ses petites voitures dans le mur si elles ne suivent pas la trajectoire souhaitée par le petit prince. Bref, un chouette bébé de un an, avec des traits de caractère déjà bien définis, qui nous fait rire aux larmes certains jours et qui nous rend chèvre parfois !
Côté vacances :
Suite aux conseils d’une super copinaute (à qui on pense très fort pour son nouveau combat avec DNLP en mode hyperactive du canap’), nous sommes partis passer une dizaine de jours au paradis, c’est-à-dire aux Seychelles ! On s’est trouvé un appart chez l’habitant en A*irBnb, location de voiture, et en route pour l’aventure ! Les 11h de vol se sont bien passées, Nano a dormi dans la petite nacelle à l’aller, on l’a rajeuni de 2 mois pour y avoir droit, et il a été remarquablement calme par rapport au vol précédent qui avait été un carnage complet ! Sur place, ça a été plus compliqué les premiers jours, le combo chaleur-jetlag-voyagebateau a été un peu foireux, avec un Nano qui nous a fait une nuit atroce à hurler à 40°C de fièvre alors qu’on était au milieude nulle part sur une petite île certes paradisiaque mais peu adaptée aux bébés. Donc retour à l’île principale et vacances cool avec exploration de criques désertes sublimes et sauvages! Du coup, siestes du bonhomme sur la plage, explorations des vagues en couche culotte, et bananes et lait maternel à volonté –> bébé comblé et parents détendus, déconnectés et happy ! Bref, aux Seychelles la vie est belle, la nourriture créole est une tuerie, les plages sont à couper le souffle, et les rastas seychellois vivent dans une dimension de cool attitude à rendre fou un parisien. Ces vacances, bien que irraisonnables vu notre achat immobilier (décidé après la réservation des vacances), nous ont fait le plus grand bien, vu l’hiver qui nous attend !
Côté PMA :
Après mes résultats foireux, montrant une aggravation nette de mon IOP, on a rencontré notre gynéco PMA fin septembre, qui n’a pas été très optimiste, mais pas non plus carrément perdante vu que notre premier parcours a été minuscule et rapidement positif. Nous avons choisi d’attendre le retour de vacances pour remettre en route la machine, et c’est donc avec un J1 arrivé pile poil le jour de notre retour que les choses ont redémarré. Je suis donc aujourd’hui à J6, me repique toute seule après une ou deux piqûres stressantes (mais c’est comme le vélo, ça revient vite), avec des injections quotidiennes de Gonal-F 62.5µg. Je trouve cela peu, Nano ayant été conçu avec des doses supérieures, mais ma gynéco n’avait pas aimé mes trois follicules de l’époque et préfère y aller mollo. Bref, écho dans une semaine, on verra bien, hâte de savoir si ça fonctionne encore là dedans ou si mes ovaires sont devenus des raisins secs. Je n’ai pas voulu tenter les essais de bébé couette, gardant mes deux FCS en travers de la gorge, et bêtement convaincue que si je suis stimulée mes ovocytes seront moins pourris et me donneront une deuxième minikangourou. Bref, c’est reparti pour la PMA, ça ne nous avait pas manqué, le timing est pas terrible (bébé de moins d’un an et allaitement toujours en cours), mais pas le choix, ma gynéco m’a dit qu’il y avait urgence à redémarrer une grossesse si je voulais que ça fonctionne. Souhaitant idéalement au moins trois bébés (suis une dingue crédule mais j’y crois toujours !), on y va à fond et tant pis pour la fatigue. Au programme, 3 IAC puis FIV si négatif. Wait&See.
Côté DNLP :
Depuis que j’ai accouché, il n’y a quasi pas eu d’annonce de grossesse par ici. Mais que de PMA …

Nos meilleurs potes sont en début de parcours, galèrent depuis déjà 18 mois. Elle est OPK sévère avec des énormes ovaires et a en plus une endométriose, lui est OATS modéré. Donc elle va se retrouver avec une chirurgie et un drilling avant même d’avoir pu essayer un bébé couette, n’ayant pas ovulé depuis le début de ses essais bébé. On croise très fort pour eux, ils étaient si confiants au début, et découvrent les imperfections de ce monde, les recettes de cuisine locales et les différences d’opinion médicaux. Leur confiance absolue en la médecine commence déjà à faire place à une tristesse et une incompréhension associée à la peur, surtout avec un dossier si compliqué…
Au boulot, on est 4 jeunes toubibs en âge de procréer, et ma collègue n’est toujours pas enceinte après près d’un an d’essais (2 ans pour bb1, bilan négatif). Mes deux autres collègues n’y arrivent pas non plus depuis plus d’un an. C’est fou … Je n’ose plus poser la question, les mariages où nous sommes allés récemment ne sont pas suivis d’annonces, on est entourés d’infertiles ou de galériens. Ca fait tout drôle… On est devenus les MILK des autres, on essaie d’être discrets et de ne pas imposer notre bonheur à nos potes, on se rappelle tellement…

Voilà pour les news en vrac, une grosse année à venir, des échéances pro peu compatibles avec grossesse/PMA mais OSEF, une nouvelle maison, et plein d’espoir et d’étoiles dans les yeux ! Et des croisages pour tous nos copinautes et amis IRL qui se débattent avec DNLP encore et toujours.

Publicités