Pmette Et enceinte

Depuis que la Miss Kangourou affiche son baby bump, elle se demande souvent si la personne en face qui fixe avec attention son ventre est une pmette, un pmec, ou juste un voyeur. Du coup, comme toute pmette qui se respecte, elle n’a évidemment jamais porté de Teeshirt cucul « garçon ou fille » ou autre signe distinctif de PB et affichette « Future maman à bord » dans sa voiture… N’ose pas demander aux gens de lui laisser sa place ni passer aux caisses prioritaires, ne s’estimant pas malade mais chanceuse. Elle ne peut pas s’empêcher d’être ultra discrète au sujet de cette grossesse, voire gênée de ne pouvoir garder cet état secret et intime pour Choubidou, elle et ses plus proches, elle qui n’a jamais aimé être au centre de l’attention (le mariage et la thèse, c’était un défi, un vrai !). Est surprise de constater à quel point ses petits symptomes et le sexe du bébé passionnent les foules bien plus que les piqures de Gonal et la taille de ses follicules l’an dernier…

Malgré ces précautions de base, elle s’est retrouvé à quelques reprises vraiment de l’autre côté de la barrière, à faire souffrir des personnes de part son état.

Il y a quelques semaines, elle s’est rendu à l’anniversaire d’une amie, Miss Parfaite, et s’est étonnée de ne pas voir Miss Frisée, une copine de cette dernière habituellement présente aux différents évènements organisés par la famille Parfaite. S’enquérant de ses nouvelles, Miss Parfaite lui a expliqué que Miss Frisée avait subi une IMG l’an dernier suite à un syndrome poly malformatif de son bébé découvert au 5e mois de grossesse, et ne supportait plus la vue des femmes enceintes depuis, essayant par ailleurs de retomber enceinte depuis 9 mois sans succès. C’est donc la présence de Miss Kangourou qui était la cause de l’absence de cette amie, car Miss Parfaite ne comptait pas supprimer les femmes enceintes de sa liste d’invités. Evidemment, Miss Kangourou s’est sentie extrêmement mal et aurait voulu se cacher dans un petit trou en apprenant cela…

Ca a été l’occasion d’une discussion un peu animée, car Miss Parfaite expliquait que Miss Frisée était devenue associable, évitait toute femme enceinte, et avait carrément piqué une crise en pleine soirée à cause des sujets de conversation qui tournaient autour des grossesses et des bébés, alors que sa DPA était imminente. Miss Parfaite et toute la troupe de fertiles présents estimaient qu’ils n’avaient pas à s’empêcher d’aborder ces sujets, et que la réaction de Miss Frisée était disproportionnée, d’autant plus que rien ne prouvait qu’elle n’aurait pas très vite un bébé, étant tombée enceinte en quelques mois la première fois, etc…

Miss Kangourou leur a donc avoué avoir elle-même évité certaines soirées et que certaines discussions avaient pu lui être pénible pendant les années précédentes, et que les sentiments de cette Mamange étaient compréhensibles, même si en effet elle n’avait pas à être agressive avec son entourage. Que peut être elle avait besoin d’une oreille attentive, de soutien, et de parler d’autre chose que de ce sujet si douloureux lors de ses sorties. Mais la troupe des fertiles n’a pas compris, estimant que leurs situations étaient différentes, et n’ayant visiblement pas du tout réalisé l’effort que ça avait coûté à Miss Kangourou de supporter leurs discussions maman-grossesse-bébé-allaitement l’an dernier entre deux échos endochattales. Elle s’est donc retrouvé seule contre tous à prendre la défense de Miss Frisée, dont personne ne comprenait la tristesse.

 

Hier, c’est avec un énorme baby bump de presque 36SA que Miss Kangourou s’est rendue à une soirée de départ d’une amie. Elle a eu le plaisir d’y revoir un pote un peu perdu de vue, casé depuis plusieurs années, sans enfants, ayant acheté une maison avec plusieurs chambres l’an dernier. Son radar à pmettes/pmecs a sonné assez vite, et elle a donc tenté de rentrer son ventre (sans succès, ça fait bien longtemps qu’il ne rentre plus !), et parlé de tout et de rien sauf du bébé. S’est demandé si elle allait aborder le sujet de la PMA, comment, ne sachant pas si son pote souhaitait en parler, ou pas, et ne voulant pas poser la fatidique question « et vous, c’est pour quand ? », et constatant qu’il lorgnait son bidon avec le regard typique du papa sans bébé…

Après avoir discuté boulot/voyage/amis en commun, elle a remarqué qu’il n’arrêtait pas de faire des références type « celui là est papa, celui là va bientôt l’être, celui là je pense qu’il le sera dans l’année », et a fini par craquer et lui poser la fameuse question en rougissant, ayant l’impression qu’il lui tendait une perche. En effet, il lui a avoué qu’après plus d’un an d’essais, ils débutaient les examens de fertilité et ne savaient pas ce qui les attendaient. Du coup, elle lui a raconté son parcours, et lui a donné plein de conseils pratiques sur les endroits à éviter, les différents médecins du coin, les délais d’attente pour les rendez vous, le déroulement de l’HSG et du spermogramme (Si si !), et l’ambiance s’est détendue. Et pour le coup, le regard douloureux qu’il posait sur son bidon s’est transformé en regard plein d’espoir et ce moment très gênant est devenu un moment de complicité et d’échange sur un sujet encore trop tabou…

Bref, ça lui a fait drôlement bizarre ces derniers temps, à la Miss Kangourou, de devenir la PB d’autres pmettes/mecs, et elle se demande si ce sentiment d’imposture sera toujours là le jour de l’accouchement ! Elle trouve ça pas très juste que le bidon soit le même quelque soit le parcours de la future maman, et aimerait parfois oser porter des pulls imprimé avec un slogan « conçu grâce à la PMA » ou un truc plus fun (des idées??), histoire de donner de l’espoir aux pmettes plutôt que de la tristesse quand le baby bump croise leurs regards.

Et vous, pour les pmettes enceintes, comment gérez vous ces situations ? Pour les copinautes en attente de ce fameux Baby bump, cela vous aide t’il de savoir que la PB de la soirée est passée par une FIV ou autre ?

Petites questions qu’on se pose quand on quitte le côté obscur … Et qu’on ne veut surtout pas faire mal au cœur de nos sœurs de galère..

Merci de vos tuyaux, il me reste un mois à afficher ma proéminence abdominale 🙂

Publicités

54 réflexions sur “Pmette Et enceinte

  1. Je pense que tu es suffisamment délicate et attentionnée envers ceux qui pourraient être tristes pour eux, à la vue de ton baby bump. Savoir qu’il s’agit d’une grossesse obtenue avec l’aide de la PMA donne forcément de l’espoir et fait moins mal qu’une C1.
    Ton histoire de Madame Frisée me fait penser à la mienne même si les faits sont différents. Je n’ai pas fait de crise. Au contraire, j’avais mis les points sur les i avec ma copine qui s’est plaint aux autres en se faisant passer pour la victime. La seule qui avait pris ma défense est celle qui avait vécu une GEU et depuis une fausse couche. Je pense que face au malheur, l’entourage peut se retrouver démunis. Non seulement, on s’isole par soi-même mais les autres nous isole.
    J’aurai aimé avoir une amie comme toi ❤️.
    Gros bisous

    • C’est vrai qu’on a l’impression que seuls ceux qui ont connu de près ou de loin le malheur peuvent comprendre, dans ce groupe une amie ayant vécu une IMG aussi mais très précoce (et ayant eu depuis un beau petit garçon en C1) a reconnu que tant qu’on ne l’avait pas vécu, on ne pouvait pas comprendre ce que ça faisait. Ceci dit elle ne comprenait pas quand même le rejet des femmes enceintes de Miss Frisée. Les autres nous isolent, c’est la phrase, c’est vraiment comme ça que je l’ai ressenti l’an dernier quand toute la troupe était enceinte et obnubilées par ce sujet.
      Gros Bisous à toi, j’espère que tu vas bien et que l’attente se passe le mieux possible.

  2. Ici moi je suis énervée que les gens me cataloguent comme une PB C1 maintenant que je suis enceinte. Qu’ils ne comprennent pas que je leve le pied, que j’ai des soucis, encore des traitements. La pma, ça ne s’oublie pas. On dirait que les gens sont soulagés que la pma soit passée et qu’ils puissent maintenant parler de qujets plus « connus ». Moi j’en suis fiere de mon bébé fiv. Et si je peux, comme toi, donner de l’espoir à d’autres ben c’est génial. Et oui, je suis pour l’idée du tee shirt pma genre « x années de grossesse » ou « bébé miracle »

    • C’est exactement ça, ils sont soulagés qu’on soit redevenus « normales », et qu’on s’intéresse enfin aux fameuses discussions Badabulle versus Bébé confort et autres sujets obscur pour tout adulte sans enfant. Beaucoup se dépêchent d’oublier le mode de conception, certains nous font même des allusions à la conception genre « on veut pas savoir la position », c’est fou. Moi aussi j’en suis fière de mon baby IAC!

      • Là c’est plus en mode ils comprennent pas que j’aille plus dans toutes leurs soirées à l’autre bout de la capitale où tout le monde fume alors que j’ai des contractions douloureuses. Ou que j’ai pas envie que des gens s’invitent 2j de suite chez moi. Parce qu’ils n’ont connu que les grossesses en c1 où la dinde se trémoussait toute la nuit…

        • Ben c’est rigolo, ici c’est le contraire, les copines C1 étaient en mode « je fais plus rien surtout pas bouger » dès le premier trimestre, ce qui ne me dérangeait pas du tout, et moi je suis plutôt l’hyper active qui fait un peu de sport tous les jours et a un besoin stupide de vivre ma grossesse le plus « normalement » possible, du coup je me prends des remarques parce que c’est maaaal de ne pas vouloir s’asseoir où d’aller marcher 1h tous les jours 🙂
          Sont jamais contents nos potes fertiles 🙂

          • Mdr je prendrai pas les tiennes quand meme^^ t’as raison, la marche c’est super pr la circulation du sang. Je me limite á 1 déplacement par jour (sinon j’ai des contractions douloureuses) et quand j’ai nulle part où aller, je fais juste un tour du quartier.

  3. Bravo d’avoir porté l’étendard de tous les PMecs et PMettes et d’avoir expliqué la vie PMA aux fertiles. Et tant pis pour eux s’ils n’ont rien compris ! Dommage que Madame Frisée n’ait pas pu entendre tes propos…
    Sinon pour répondre à ta question, moi oui ça m’aiderait de savoir qu’un gros ventre a été possible grâce à la PMA mais dans la « vraie vie » je n’en connais pas. Après, tant que les personnes enceintes ou déjà parents n’abusent pas dans leurs conversations sur leur progéniture, je supporte encore assez bien leur compagnie. S’ils ne parlent que de ça, j’ai du mal (mais j’avais déjà du mal avant de vouloir un enfant !).
    Ce que j’essaye de dire c’est que mieux vaut une femme enceinte en C1 qui a de la conversation –j’entends qui parle aussi d’autre chose que de sa grossesse– qu’une femme enceinte PMette devenue complètement gaga et PB.
    En tout cas, vu ton message, j’aimerais bien côtoyer des « PB » comme toi en soirée 😉
    Bisous

    • Tout à fait d’accord avec toi, j’ai d’ailleurs des amies très proches et très fertiles qui sont restées les mêmes et ont été des oreilles attentives et présentes pendant mon petit parcours. Et celles là ont su ne pas se focaliser uniquement sur leur progéniture, ce qui m’a permis de me changer un peu les idées dans les moments sombres! Même si ça m’intéressait quand même hein, mais juste pas 100% du temps 🙂

      • Oui voilà ! Au final, on en revient toujours au même : c’est les cons qui nous pourrissent la vie, fertiles ou pas. Les gens intelligents le sont dans toutes les situations. Je stéréotype un peu j’avoue 😉 Gros bisous notre « PB » préférée (non j’enlève le B) !

  4. Comme il est touchant cet article.. Je leur ferai bien un gros câlin à Miss Frisée et à ton pote. Cela me sidère toujours de voir à quel point les gens de comprennent pas. On était comme ça avant la galère aussi?
    Pour le t-shirt, je suggère un truc du genre « DN nous en a fait ch*** des ronds de chapeau mais ça valait le coup, bébé est en chemin ». Moi aussi, je me dis que si ça marche pour moi, j’ai envie de crier sur tout les toits que la galère peut bien se terminer.
    T’as l’air d’être une PB plutôt cool, tu pourrais sortir un manuel aussi avec le t-shirt?

    • Je sais pas si on était comme ça avant la galère, j’ai la chance de cotoyer des amis fertiles qui sont très empathiques et à l’écoute et qui ont été de vrais soutiens l’an dernier, donc je ne pense pas que ce soit toujours ainsi, juste cette fois ci je suis tombée sur un groupe moins ouvert c’est tout… Après c’est vrai que je me rappelle m’être dit que je ne ferais jamais de FIV il y a quelques années et avoir eu du mal à comprendre des patientes qui avaient mis leur vie en danger pour être enceinte à tout prix… J’ai bien changé d’avis depuis 🙂
      Donc je pense quand même que quand on n’a jamais été confronté à cette situation, ni via un proche, on a des avis pas forcément éclairés…
      Bisous et oki pour le manuel!

  5. Coucou, comme toi j’y pense. C’est génial quand on peut aider les infertiles qui n’osent pas en parler, et d’avoir le sentiment de leur avoir donné de l’espoir !
    Je ressens ce que tu évoques dans l’article quand je vais au labo faire mes analyses mensuelles, alors qu’il est plein à craquer de PMettes. J’ai envie de leur laisser ma priorité, parcequ’assise je peux attendre un peu… Et, elles, elles sont là tous les deux jours à attendre avant d’aller bosser… J’aimerais mettre un t-shirt: « moi aussi je suis une pmette » !!!
    Ce statut de PB/Pmette est vraiment particulier, et nos grossesses sont si précieuses. Je fais très attention à ne pas trop me fatiguer, j’ai déjà du mal à suivre le rythme avec mini miss et les contractions… Je vis encore un peu dans ma bulle en ce moment, et les dîners entre potes de dernière minute à 21h30 alors que je suis claquée, que ça contracte et que je dois emmener mini miss, parcequ’avec un enfant et sans famille dans le coin, ça ne s’improvise pas… et bien je refuse. Et je ne suis pas sure du tout que les fertiles comprennent. Well well… bisous et bonne dernière ligne droite !

    • Et tu as bien raison de refuser, MicroMiss avant tout!
      Moi c’est un peu le contraire, j’ai besoin d’avoir la grossesse la plus « normale » possible et ne peux m’empêcher de courir partout et de marcher ou aller à la piscine tous les jours comme si j’avais besoin de démontrer à DNLP que je suis capable d’avoir une grossesse nickel 🙂 et aussi parce que j’ai la chance de beaucoup moins contracter que toi. C’est un peu ma revanche contre DNLP, j’écoute enfin mon corps qui ne me fait plus défaut (je précise que j’ai attendu d’avoir passé les caps de préma avant de bouger autant). Je pense qu’on gère toutes ces grossesses différemment, probablement que ç’aurait été différent en C1!
      Gros bisous

  6. Oui les conversations de grossesse et d’enfants j’y ai systématiquement droit quand on me demande mon métier…
    Bonne idée cette affaire de Tee-Shirt.
    Perso j’ai jamais eu trop de mal avec les ventres de femmes enceintes sauf la semaine qui suit un échec de traitement alors je suis pas un bon exemples.
    Profite bien de ce dernier mois (ou même un peut moins 😉)

      • Ben bravo à vous deux, car pour avoir bien traîné en mater quand j’étais en pma, j’étais incapable de garder ma distance pourtant si nécessaire à ce boulot, et vivais très très mal les drames que l’on voit à la mater, rares mais si marquants…
        Donc j’avais stoppé la mater parce que trop dur. Bref, vous êtes mes héros les filles!

  7. Quand j’étais au labo pour les pds et l’infirmière prenait « une femme enceinte, puis une dame de PMA », je me souviens bien des regards qu’on leur a jeté à ces PB (moi y compris). Et très vite je me suis demandée s’il n’y avait pas parmi elles des grossesses PMA, des années de piqures, de galère et de larmes. Comme Dame Lapin je suis fière de mon bébé FIV (même s’il est encore très tôt) et 100% pour les t-shirts pour l’annoncer et encore plus pour les PB aussi adorable que toi ❤

    • T’es cute 🙂
      et tu peux en être fière de ce bébé FIV, suis si heureuse pour toi!
      Moi aussi ça m’a aidé de me dire ça parfois quand j’étais cernée par les femmes enceintes, que forcément certaines étaient passé par la pma, ou simplement avaient vécu des FCS et autres difficultés, et qu’il fallait être heureuse pour elles aussi. Ca marchait parfois 🙂

  8. Je trouve que tu ne devrais pas t’auto nommer PB parce qu’à lire tes réactions face à ces 2 personnes tu n’as rien d’une bitch bien au contraire !
    Pour ta question finale, j’ai moi aussi fait souffrir certaines personnes sans le vouloir et lorsque nous avons revu des amis fin août je savais qu’il fallait que je place la PMA qq part pour soulager l’atmosphère. Non seulement ça a apaisé et entraîné une conversation des plus intimes mais en plus on y a gagné une annonce de grossesse, timide, prudente, d’un bébé FIV !

  9. Je comprends bien ce sentiment de vouloir se faire tout petite petite devant les copines (ou anonymes) petites et en galère… Je suis maman, trois
    fois, je sais ma chance et pourtant je connais que trop bien les drame de l attente, du bébé qui n’arrive pas, toujours pas. Trop souvent dans les blogs pma que je peux suivre, la femme enceinte hors pma passe pour une effrontée qui affiche son ventre à tout va, egratinant toutes les autres sur son passage. Je ne me reconnais tellement pas dans cela… J’ai pourtant demandé une ou deux fois une place à la caisse prioritaire, non pas pour m’afficher, juste pour des malaises trop réguliers. Je suis de tout coeur avec mes amies, zelda pour ne citer qu elle, qui connaissent la pma depuis bien trop longtemps. Il m’arrive de pleurer lors de leurs fausse couches ou autre… Et enceinte, quand je lisais « La Pb » sur les blocs, ça me faisait tellement mal.. Comme si on pouvait parler de moi comme cela. Parce que je n’avais pas connu la pma. Que mes bébés sont arrivés rapidement. Des fois dans les écrits, on dirait que seules les mamans pmettes peuvent avoir de la compassion (à l inverse de ses amies qui jugent la mamange sans connaître la douleur qu’elle doit ressentir.) Ce n’est pourtant pas le cas… Je te lis depuis que j’ai découvert ton parcours grâce à ma copine zelda. Et vous êtes plusieurs ici pour lesquelles je croisent très fort les doigts pour que le prochain train soit pour elles. Voilà, je tenais à le dire et j espère que tu ne le prendras pas mal du tout. Prend bien soin de toi et de ce ventre qui porte ton petit bébé.

    • Il faut aussi savoir qu’on se traite nous même de PB, ce n’est pas méchant, la plupart du temps.
      Et on sait qu’heureusement toutes les femmes chanceusement fertiles ne sont pas pénibles. Heureusement qu’il y a des personnes comme toi qui comprennent. Malheureusement , par expérience, on sait aussi que ce n’est pas la majorité, loin de là. Pas par méchanceté, mais par méconnaissance du sujet d’ailleurs.

    • Merci Pomme pour ton témoignage, que je ne prends pas mal du tout au contraire!
      J’ai la chance immense d’avoir plusieurs amies très proches (et très fertiles), dont les bébés sont arrivés vite, et qui ont été mes meilleures soutiens pendant cette période difficile. Je ne sais pas comment j’aurais traversé tout ça sans leurs douces oreilles et leur disponibilité. Merci à toi et ces amies fertiles qui ont l’ouverture d’esprit de se mettre à notre place et de nous soutenir ❤
      Zelda a de la chance de t'avoir…
      Cette soirée là, malheureusement, j'étais entourée de personnes bien moins ouvertes et concernées, dont le soutien avait fait défaut l'an dernier d'ailleurs. Grâce à la pma, nous avons pu voir sur qui on pouvait vraiment compter, ces filles là n'en faisaient pas partie. Cependant, nous continuons à les voir occasionnellement, car on n'allait pas couper les ponts avec tous ceux qui ne sont pas parfaits, on est aussi plein de défauts nous!
      Bref, loin de moi l'idée de diviser fertiles et infertiles, juste de raconter une situation délicate vécue.

  10. Je suis pareille. Je voudrais un tee-shirt « bébé éprouvette ».
    Je me demande toujours si il y a une pmette quand je vais à une soirée ou mariage etc…
    Et dès que je sens qu’il y a un couple en galère, j’essaye toujours de glisser un « on aura mis longtemps » ou un « oui, enfin il est là », bref un truc sur la durée. Généralement ça fait tilter le couple. Et j’ai remarqué à chaque fois qu’ils « baissaient la garde », qu’ils étaient soulagés, moins tristes, une fois qu’ils savaient et qu’on en parlait ensemble.

    • Bah voilà, c’est tout pareil en fait. Oui ces phrases sont pratiques, je m’en sers pas mal, je ne parle pas de la pma à tout le monde, mais assez facilement, je ne veux surtout pas que ce soit un secret ou un tabou, Nano saura comment il a été conçu, je lui explique déjà dans le bidon! (enfin, pas le recueil de Choubidou non plus, ce serait un truc trop space comme discussion PB-foetus 😉

  11. Que d’émotions en te lisant. De beaux échanges, pas fructueux pour l’un, mais tu as tenu bon. A croire que seul la connaissance intime de grands malheurs nous fait ressentir ce que cela signifie pour autrui. Dommage… M’enfin, malheureusement, un jour elles comprendront ce qu’est la perte, le deuil, la tristesse, la colère… Et un autre échange, fructueux, beau, sincère. Assurément ton ami a raconté sa rencontre et les mots échangés avec toi à sa compagne. Beaucoup de tendresse, de compassion, de compréhension… alors qu’il se pensait seul, perdu… C’est génial que vous ayez pu en parlé. Je suis heureuse pour vous deux !
    Quant à tes questions, égoïstement, oui, les grossesses pma sont uniquement soure de joie. Non les grossesses spontanées ne le sont pas, ou disons rarement. Elles sont source de joie quand l’écoute est mutuelle. Et c’est rare… c’est précieux.
    Alors, je sais pas si je mettrai un tshirt « d’Amour et de Science », mais franchement j’en ai fort fort envie…
    Des bisous

    • D’amour et de science, j’adore!
      Oui, un jour elles comprendront celà, malheureusement, et je ne leur souhaite pas, cf le dernier post de Mme Pimpin…
      Certaines grossesses spontanées sont sources de joie pour moi aussi, surtout maintenant, c’est plus facile c’est certain.
      Gros bisous ma jolie

  12. Je te lis depuis longtemps, mais jamais je ne commente… je n’ai pas un « vrai parcours PMA ». Une grossesse obtenue « rapidement » (en C13) grâce à des ttt de stim que j’ai lancés très rapidement car dans le métier… ça aide de s’y connaitre un peu… forcément…bref…

    tout pareil que toi, je pense tjs à ce que pensent les gens face à mon bidou, je sais qu’il y a des couples en attente et pour qui ça fait mal…je dis même parfois à mes patients que ça peut être compliqué et que j’en sais personnellement quelquechose…peut etre pour me déculpabiliser quand les patients viennent parce qu’ils n’arrivent pas à avoir un bébé… je leur fais comprendre que ça peut etre long mais que ça marche !

    et pourtant des fois, je deviens une PB, parlant de mes inquiétudes, de mes craintes à tord et à travers…ce WE par exemple à un anniversaire… j’ai bcp bcp trop parlé de ma grossesse à bcp de nanas enceintes en C1-C2 et des sans enfants-qui disent qu’elles n’en veulent pas encore…tellement heureuse de l’afficher et l’annoncer à des vieux amis pas vus depuis lgtps… j’ai même posé la question fatidique « et vous c’est pour bientôt ? » alors que je m’étais jurée de ne plus jamais la poser…quelle gourde ! je me suis rattrapée toute la soirée en expliquant un petit peu notre parcours, en essayant de sensibiliser les fertiles et les sans enfants sur les potentielles gaffes face à des couples qui souffrent souvent en silence… je suis même étonnée que ça soit mon homme qui ait été plus délicat que moi, il a su détecter l’ami qui attend depuis 2 ans en silence, lui expliquer notre parcours, les bilans, et l’encourager sur les possibilités (bon il est allé un peu loin en lui parlant d’adoption mais bon, c’est l’intention qui compte !)

    Bref tout ça pour dire que moi aussi je le voudrais bien le t shirt !!!
    et je pense que tu es loin loin d’etre une PB…

    • Il n’y a pas de petit parcours, et toute femme qui a ressenti le manque dans son ventre et la peur de ne jamais être maman sait ce que l’on ressent, un an d’attente ce n’est pas rien…
      Moi aussi il m’arrive de me lacher quand entourée de C1 C2, j’avoue, ça fait du bien, pas de raisons de se censurer non plus!
      En tous cas tu n’as pas du tout l’air d’être une PB non plus, ne t’inquiète pas, c’est chouette que ton chéri ait ce radar à pmec, même si parler de l’adoption c’est un peu too much, c’est l’intention qui compte, et cet ami n’attend plus en silence grâce à vous.
      Bisous

  13. Pour moi, peu importe que la fille enceinte soit une PB en C1 ou une PMettte. Le plus important, c’est comment elle agit avec les autres et si elle est capable de faire preuve d’intelligence émotionnelle ou non.
    Je pense que tu fais les choses très bien et que tu es très attentive à ce que peuvent ressentir les autres personnes toujours en attente.
    Bises
    P.-S. – As-tu reçu mon courriel?

  14. A vrai dire, je ne me pose pas la question. Certainement parce que je suis auto centrêe sur moi même en ce moment, a cause du repos forcé… Donc déjà voilà quoi… Les soirées, on oublie… Ce qui est sur, c’est que je reste toujours très discrète. Je ne suis jamais la,première a parler de ma grossesse. Si les gens s’y intéressent, je réponds mais c’est tout. Pour les copines qui sont en galère, je leur ai dis des le départ que si a tout hasard j’étais maladroite dans mes propos, je voulais absolument qu’elles me le disent, parce que j’étais,passée par la et que je sais le mal que ça peut faire. Elles ont beaucoup apprécié je crois…

  15. j’ai été PMette… je le serai peut-être à nouveau, pour un deuxième ( troisième?) bébé… puis j’ai été enceinte, et me suis sentie, au départ,  » un peu trop chanceuse » que ça ait marché assez « vite », à la 2ème IAC, alors que d’autres en ont fait 3/4/5… et sont aussi passées par les FIV… j’ai eu des « élans » de « j’aimerais tellement vous dire que je sais ce que vous ressentez, et vous donner de l’espoir aussi », quand j’allais passer mes visites mensuelles à la maternité… dans le couloir du centre PMA, avec donc plein de PMettes que mon ventre devait faire souffrir, puisque c’est ma gynéco PMA qui a suivi ma grossesse…
    Et puis maintenant, voilà un peu plus de 9 mois que je suis maman… et j’ai tjrs du mal à « trouver ma place »… plus vraiment PMette « en vrai » ( mais dans mon coeur, si)… mais pas vraiment une « maman comme les autres » non plus…
    Et je ne sais pas ce qui nous attend pour la suite, mais en tout cas, depuis ce fameux  » + + « , même si je me sens mal à l’aise, ou « trop chanceuse », avec les Pmettes qui m’entourent, je m’applique surtout à ne pas avoir de phrases maladroites comme j’ai pu entendre pendant notre parcours. J’essaye aussi d’être la plus « naturelle » possible, sans éviter absolument le sujet, mais sans non plus passer mon temps à parler de J. Et je m’applique aussi – et surtout! – à leur faire savoir que je suis là pour elles, quand elles ont besoin/envie… parce qu’au fond, après l’attente et l’incertitude de savoir si ça marcherait un jour, ce qui a été le plus difficile à vivre pour moi, c’est la solitude et le manque d’empathie de personnes que je croyais être des proches.
    Allez, profite de ces dernières semaines de « 2 en 1 » !!! C’est la période que j’ai préférée, malgré la fatigue et le poids de fin de grossesse !!!!
    Grosses bises

  16. Trop bien ton post. De mon côté, jusqu’à la grossesse miracle de la moitié, je ne pas la vue des ventres ronds, surtout après l’échec de la FIV. Depuis, les choses ont changé. Même si nous avons perdu notre futur nous, même si la douleur de la perte a été difficile à surmonter, les ventres ronds ne me font plus mal car l’espoir du arriver naturellement m’aide beaucoup. Sinon, ce qui me touche beaucoup, c’est de voir que depuis mon arrivée sur la blogo, on ne parle plus uniquement de pmettes mais aussi de pmecs car comme ton pote nous souffrons aussi même si nous ne subissons rien physiquement.

  17. Tu as été fabuleuse dans ces 2 conversations si différentes !
    Pour les t-shirts, j’aurais adoré en avoir un pendant ma grossesse car je me sentais souvent mal à l’aise en public avec ce ventre qui pointait trop à mon goût.
    Je me souviens de certains regards dans la rue, j’aurais aimé rattraper ces gens et simplement leur parler…
    Et ce besoin de discrétion continue même maintenant que Fergie est là.
    Bisous

  18. Je suis très peu sortie pendant ma grossesse. Il y a juste aux rdv médicaux que je mettais bien mon sac sur mes genoux devant mon bide parce que l’accueil de la mater du CHU est la même que la PMA. Pour le reste tous mes proches ont des moutards, on est les seuls à être passés par la case PMA donc le peu de sorties que j’ai faites je n’ai jamais eu à me poser la question.
    Ce qui est arrivé à Miss frisée est terrible. Je t’admire, j’aurais cassé la gueule à toutes ces fertiles qui font des mômes en claquant des doigts et les pense tous interchangeable : il est mort ? Pas grave elle en fera un autre ! Purée bande de c…. !

  19. Ben comme toi, je n’osais jamais demander qu’on me laisse la place assise dans le métro… Une fois je me suis même faite engueulée par une vieille qui me disait que je DEVAIS demander sinon je n’obtiendrais jamais rien…
    Il y a eu la fois aussi, lors d’un repas de famille, où ma BS est quand venue la veille de son curetage (elle venait d’apprendre que cette 3ème grossesse s’était encore arrêtée) et où, moi, j’aurais bien voulu disparaître avec mon gros bidon qu’elle a regardé attentivement bien entendu. Je devais être à 18SA je pense.
    Pfff toujours dur tout ça.
    Tu as bien fait de défendre Mme Frisée et tu pourrais même, si c’est possible, lui envoyer un petit texto pour expliquer ton parcours et dire que tu es là pour elle si elle a besoin de parler.

Laissez moi un petit mot, soyez moins timide que moi :-)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s