[grossesse] La Petite Mater Moche

Dans le coin de Miss Kangourou, il y a quelques maternités. La Grande Mater du grand CHU, la clinique de la Tunasse, et la Petite Mater Moche (PMM).

Quand Miss Kangourou était une jeune étudiante en médecine, elle voulait devenir obstétricienne, faire naître les bébés et s’occuper des futures mamans, et a donc fait un stage en obstétrique comme tous les externes. Elle avait choisi la PMM comme terrain de stage, car très réputée pour les externes. La première fois qu’elle est arrivée sur place, elle a découvert une maternité complètement vieillotte, des bâtiments fatigués et grisâtres, et une population de patientes extrêmement pauvres, issues de l’immigration ou sans papiers pour la plupart.

A 21 ans, sortant de son petit village de campagne tout propre, Miss Kangourou s’est prise une jolie claque en découvrant la PMM. Et pourtant, elle a rapidement adoré cet endroit si moche mais si familial, les gens qui y travaillent, si soucieux du bien être de leurs patientes, et des bébés, et l’absence de discrimination qui y règne. La 13ème pare de 30 ans immigrée qui partage sa chambre avec la primipare du même âge cadre sup, c’est par là que ça se passe. Et que ça se passe bien. Pendant cet été là, Miss Kangourou a épousé Mr Choubidou, et a vécu sur un nuage de bonheur amoureux et professionnel. Elle a quitté la PMM en pleurant, et s’est promis d’y revenir un jour.

7 ans plus tard, c’est enceinte mais inquiète qu’elle a franchi à nouveau la porte de la PMM, qui n’a pas changé d’un poil. Et c’est là qu’elle a commencé à faire sa fausse couche, puis qu’elle a perdu sa petite étoile. La PMM a perdu de sa couleur, et le bonheur associé à ces lieux s’est terni.

Ensuite, c’est également là qu’elle est revenue en tant qu’anesthésiste cette fois, et que parallèlement aux traitements et examens d’infertilité, elle a posé les péridurales, réanimé les hémorragies de la délivrance et endormi les patientes pour les césariennes en urgences…

Progressivement, la PMM est devenue grise puis noire. Miss Kangourou a commencé à ne plus supporter la vue des femmes enceintes, leurs plaintes, et a même perdu de son empathie. Quant aux 13èmes pares fumeuses et alcooliques, clairement, Miss Kangourou ne pouvait plus les supporter. Elle a joué son rôle d’actrice au mieux pendant quelques mois, afin que son boulot ne pâtisse pas de ses humeurs, a tenté d’arrêter de se comparer à ses patientes, a pleuré maintes et maintes fois en sortant de la mater. Elle est devenue allergique à cet endroit qui lui avait tant plu. Elle a finalement décidé d’arrêter d’y travailler, après avoir pondu cet article un samedi de garde, au fond du trou après IAC1.

La semaine dernière, Miss Kangourou est retournée à la Petite Mater Moche, pour y faire une garde afin de dépanner un collègue. Elle a posé les péridurales avec soin, en chouchoutant les pmettes comme d’hab mais aussi les autres mamans, avec sincérité cette fois ci. A pris du plaisir a faire ce boulot qui lui plait tant. Elle a regardé différemment les sages femmes, les auxi, et le gynéco de garde avec elle. En effet, c’est le gynéco qui va lui faire son écho T2 le mois prochain, la sage femme qui va la suivre pour sa grossesse, les auxi de puériculture qui donneront les premiers soins à son bébé kangourou…

Les odeurs typiques des lieux, la couleur grise des murs, les vieilles images encadrées prônant l’allaitement…. La Petite Mater Moche avait enfin retrouvé tout son charme aux yeux de Miss Kangourou, qui y a fait ses derniers pas en tant que médecin, les prochains étant en tant que future maman dès le mois prochain…

Publicités

26 réflexions sur “[grossesse] La Petite Mater Moche

  1. Tu racontes drôlement bien et je suis très heureuse de savoir que ton regard sur ces lieux s’est apaisé et que tu envisages d’y mettre au monde un petit kangourou !
    Gros bisous

    • Oui, c’est fou comment on peut être au fond du trou avec un avenir tout fermé et noir un jour, et revivre sur tous les plans quelques semaines plus tard. C’est ce que je te souhaite de tout mon coeur cher petit hérisson, et j’espère que ton chouette boulot est de plus en plus chouette 🙂

  2. Oh la la la… Quel joli billet ! Et j’imagine les lieux en plus ;-). Je partage et je comprend. J’en ai entendu que du bien, que du beau. Elle a une histoire qui est inscrite dans la tienne cette mater’. Et elle t’aidera à devenir mère !!!! Pfiou… c’est émouvant !!!!!!!! Bisous ma jolie.

  3. J’adore ton article 🙂 J’ai voulu être obstetricienne pendant plusieurs années, je m’étais énormément formée en biologie du développement, cet accueil de la vie me fascinait et puis j’ai changé d’avis, je crois que je n’avais pas la capacité physique d’enchainer les gardes… Mais il y a toujours ce pincement au coeur de n’avoir pas pu tout faire et ça en particulier. Je suis heureuse que ce lieu où tu souhaites accoucher ait retrouvé sa magie 🙂 Il en faut… Prends bien soin de toi…

    • Moi aussi, tout pareil, bio du développement, motivée jusque 15 jours avant les choix. et je n’ai aucun regret. L’accueil de la vie c’est les sage-femmes avant tout. Les échos difficiles, les annonces de mauvaises nouvelles, IVGà 14SA, réductions embryonnaires, IMG tardives, MFIU … Je connais, j’ai vu, et clairement, j’aurais été incapable de faire tout ça. Trop difficile pour moi, et ce même sans parcours de pmette. Je suis tellement retournée à chaque fois que je dois participer à ces tristes moments, je préfère de très loin être de mon côté du champ, et encore, ça fait partie des raisons pour lesquelles je ne vais que rarement à la mater. Bref, je suis convaincue que ton choix était le bon, surtout dans ce contexte imprévu, et vu comment tu t’impliques dans ta spé et la recherche, tu peux en être sacrément fière. Bisous ma jolie.

  4. Très joli article… ca fait plaisir de voir que, malgré la douleur rencontrée sur le chemin, les pages peuvent se tourner pour à nouveau laisser passer la lumière… 🙂 Tu as l’air de réussir à profiter de ta grossesse malgré le boulot qui s’accumule. Ca fait plaisir à lire !
    Alice

      • Ça va, dpo3 post iac2 le temps est encore long avant le verdict… Entre doute et espoir comme toute pmette pendant ces périodes!.. J’imagine que quand tu le sentiras bouger ça sera plus facile de te projeter… Bisous !

  5. C’est un très bel article, tant d’évènements si longs dans le temps résumés en quelques mots pleins de sens et de sentiments différents !
    Je suis très heureuse de ce dénouement 🙂
    C’est la même chose pour nous, le service gynéco-obstétrique nous a accueilli pour l’hyperstim de la FIV ICSI 2 avec le négatif à nous annoncer, pour la FC ; et c’est aussi dans cette mater que notre petit coeur va faire ses premiers cris 🙂
    Tout de suite, ce qui nous paraissait être hostile et cruellement froid retrouve ses couleurs et beaucoup de tendresse.
    Est-ce que tu le sens gigoter maintenant?

  6. Pingback: [Grossesse] Un deuxième trimestre plein de poésie :-) | Chez la Miss Kangourou

Laissez moi un petit mot, soyez moins timide que moi :-)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s